Recherche avancée                    
 

Qu'est ce que l'ICOM

Organes de direction
  Conseil exécutif
  Assemblée générale
  Comité consultatif
  Groupes de travail


Comités

Adhérer à l'ICOM

Activités

Ressources












 
  CONTACT US
  SITE MAP
  DISCUSSION LIST
 


 

Résolutions de l'ICOM adoptées lors de l'Assemblée générale, 1974

Résolutions du Conseil International des Musées (ICOM), 1974

11ème Assemblée Générale de l'ICOM

Copenhague, Danemark, 14 juin 1974

Résolutions et Recommandations adoptées par la Conférence

Résolution n. 1

La 11ème Assemblée Générale de l'ICOM, réunie à Copenhague le 14 juin 1974

Ayant pris connaissance des résultats des séances de travail de la 10ème Conférence Générale portant sur le thème "Le musée et le monde moderne",

Remercie les conférenciers principaux et les différentes personnes qui ont pris part aux débats,

Adopte les conclusions suivantes :

1. les conditions du monde moderne amènent le musée, au-delà de ses fonctions traditionnelles et toujours essentielles de recherche, de conservation et de présentation au service d'un patrimoine, à assumer de nouvelles tâches et à prendre de nouvelles formes;

2. pour répondre à ces nécessités actuelles, le musée doit interpréter les besoins de la communauté, en fonction de sa culture, de son environnement et de sa démographie;

3. la transformation, progressive ou radicale, du musée doit permettre à celui-ci d'imaginer des activités et des méthodes d'action nouvelles pour l'utilisation de collections dont la collecte et la conservation dans le présent constituent un élément de continuité entre le passé et l'avenir;

4. le musée doit interpréter les besoins culturels de la communauté en toute indépendance des facteurs circonstanciels, dans la meilleure connaissance des problèmes de l'homme contemporain et dans le respect de la liberté d'information;

5. Il est impératif de mettre à jour une muséologie encore tributaire de concepts découlant de situations sociales et culturelles appartenant au passé,

6. les débats de la Conférence ont mis en lumière la nécessité d'une recherche et d'une réflexion plus approfondies sur les points suivants :

a. quel peut être l'apport du musée au monde moderne ?

b. de quels moyens dispose t-il pour déterminer les besoins de la société ?

c. sous quelle forme peut-il les refléter ?

d. comment la société peut-elle défendre les droits et l'indépendance du musée ?

e. comment la profession muséale peut-elle asurer et maintenir, en toutes circonstances, cette indépendance ?

7. quelles que soient les réponses données par chacun aux questions ci-dessus, il paraît indispensable que tous les membres de la profession conservent présent à l'esprit, pour en faire un des prinipaux critères de leur action, le principe qui ressort le plus clairement de la Conférence :

le musée, institution au service de la société, se doit d'être, dans le monde moderne, l'émanation de cette société.


Résolution n. 2

La 11ème Assemblée Générale de l'ICOM, réunie à Copenhague le 14 juin 1974

Considérant l'article 5 des Statuts de l'ICOM aux termes duquel les membres de la profession muséale se caractérisent notamment par le respect des règles fondamentale de l'éthique professionnelle,

Constatant que cette éthique professionnelle, bien qu'elle ait fait l'objet de nombreuses études et définitions partielles, n'a encore jamais été formulée dans un code s'adressant à l'ensemble de la profession,

Demande :

a. au Secrétariat et au Centre de Documentation de rassembler, analyser, comparer et rendre disponibles les textes et documents existants sur l'éthique professionnelle,

b. au Conseil Exécutif de désigner un groupe d'experts particulièrement qualifiés en ce domaine,

c. à ce groupe de préparer un projet de code éthique, de le distribuer à tous les Comités nationaux et internationaux pour examen et commentaires, ces derniers devant être reçus au Secrétariat au plus tard le 31 décembre 1976,

Décide d'inscrire ce point à l'ordre du jour de sa prochaine session, en vue de l'adoption d'un texte définitif s'imposant à l'ensemble des membres de l'ICOM.


Résolution n. 3

La 11ème Assemblée Générale de l'ICOM, réunie à Copenhague le 14 juin 1974

Constatant le nombre croissant des expositions dans le monde et leur importance dans les relations culturelles entre les peuples,

Consciente des problèmes compliqués et variés posés par la sécurité et la conservation des objets et collections soumis de ce fait à des risques de tous ordres,

Informée des avertissements lancés à plusieurs reprises par le Comité international de conservation et des résultats des travaux du comité "ad hoc" sur les assurances pendant l'exercice triennal écoulé,

Considérant que les objectifs, les programmes et les méthodes de travail qui ont caractérisé jusqu'à présent le Comité international pour les expositions sont largement dépassés, notamment en ce qui concerne le patronage accordé par l'ICOM à certaines expositions internationales,

Demande :

a. au Conseil Exécutif de superviser la réanimation du Comité des expositions,

b. à ce Comité de s'adjoindre des spécialistes membres du comité "ad hoc" sur les assurances et des experts du Comité de conservation, et de poursuivre les actions déjà entreprises en matière d'amélioration de la couverture des risques courus par les biens culturels,

c. qu'une étude exhaustive soit effectuée, dès que possible, sur les conditions et les problèmes actuels de l'organisation des expositions internationales, sur les actions à mener en priorité et sur les moyens à mettre en oeuvre,

d. à tous les Comités nationaux et internationaux, et généralement à tous les membres, d'apporter leur coopération à ce projet,

Demande en outre au Conseil Exécutif et au Secrétariat de coordonner l'action respective, dans ce domaine, des Comités internationaux pour les expositions, pour la conservation et pour la sécurité.


Résolution n. 4

La 11ème Assemblée Générale de l'ICOM, réunie à Copenhague le 14 juin 1974

Souhaitant développer et compléter les motions et résolutions adoptées à ses précédentes sessions (motion n 8, 8ème session, New York, 1965; motion n 7, 9ème session, Munich, 1968) sur le sujet du statut de la formation et du perfectionnement du personnel des musées,

Considérant qu'il est nécessaire de développer sans cesse l'enseignement de la muséologie et de faire connaître largement ses principes fondamentaux,

Constatant cependant que certains centres de formation existants ont tendance à restreindre leurs programmes aux techniques muséographiques et à l'une ou l'autre seulement des disciplines scientifiques de base,

Recommande :

a. que les centres de formation à la profession muséale forment leurs étudiants ainsi que les membres de la profession appelés à perfectionner leur expérience, non seulement à telle ou telle pratique muséographique, mais aussi à une muséologie interdisciplinaire, dans une coopération aussi étroite que possible avec les musées et l'université, répondant aux besoins réels des musées, donnant à ces personnes un diplôme reconnu par leur Etat et leur ouvrant des équivalences inernationales,

b. que les institutions spécialisées d'enseignement supérieur et post-universitaires inscrivent à leurs programmes des motions sur le

rôle des musées au service de la société, dans la recherche et la documentation, la conservation et le développement des patrimoines, l'éducation et la culture.
 


Résolution n. 5

L'Assemblée Générale de l'ICOM, réunie à Copenhague le 14 juin 1974

Rappelant le code d'éthique des acquisitions adopté par l'ICOM en 1970 et en 1971, ainsi que la Convention internationale sur l'exportation, l'importation et les transferts de propriété illicites des biens culturels adoptée par l'UNESCO en 1970,

S'inquiétant de l'amplification de risques tels que le vol, la destruction volontaire et le vandalisme, le chantage, le terrorisme, les conflits internes et internationaux, qui font courir au patrimoine culturel de l'humanité des dangers toujours croissants,

Considérant que toutes les atteintes ainsi portées au patrimoine culturel doivent être efficacement prévenues et sanctionnées,

Recommande :

a. aux membres de l'ICOM d'appliquer strictement les règles éthiques des acquisitions et d'assurer par tous les moyens la sécurité des collections dont ils ont la garde,

b. aux Comités nationaux et aux autres organes de l'ICOM d'exercer leur influence auprès des instances locales, nationales, régionales et internationales pour que soient saisies les occasions de prévenir les risques, ou de les sanctionner efficacement,

c. aux Etats de renforcer, d'adapter et de compléter les réglementations existantes, de les faires connaître et respecter avec vigilance et de coopérer à leur respect mutuel, notamment pour la ratification de la Convention de l'UNESCO de 1970, et, le cas échéant, de la Convention de La Haye de 1954 sur la protection des biens culturels en cas de conflit armé,

d. à l'UNESCO de suivre et d'encourager activement l'application des instruments internationaux existants, d'améliorer et de compléter ceux-ci, de mettre à la disposition des Etats, avec l'aide de l'ICOM, l'assistance d'experts et d'une force internationale de contrôle et de protection du patrimoine,

Recommande en outre, comme un moyen de transformer à long terme l'attitude vis-à-vis des biens culturels, d'entreprendre à tous les niveaux du public un vaste effort d'information et d'éducation, notamment à l'école, afin d'inspirer le respect du patrimoine et d'en confier la protection à la communauté même qui le détient.


Résolution n. 6: Programme et budget de l'ICOM pour 1975-1977

La 11ème Assemblée Générale de l'ICOM, réunie à Copenhague le 14 juin 1974

Ayant pris connaissance des conclusions des débats du Comité du Programme élu par la 10ème Conférence Générale et du Conseil Exécutif à sa 33ème session,

Adopte le programme d'activités pour 1975-1977 contenu dans le document 74/CG.33 et charge le Conseil Exécutif et le Secrétaire Général, les Comités nationaux et internationaux d'en assurer l'application au mieux des ressources disponibles,

Consciente cependant des difficultés financières que rencontrera la mise en oeuvre de ce programme et de l'impossibilité de déterminer même les grandes lignes d'un budget triennal,

Considérant que l'avenir de l'ICOM repose pour une large part :

a. sur une claire et lucide prévision de l'évolution à court et moyen terme des finances (ressources et dépenses) de l'ICOM,

b. sur la découverte de nouvelles sources de financement, tant auprès des membres qu'à l'extérieur de la profession,

Charge le Trésorier de l'ICOM et le Secrétaire Général de soumettre conjointement à la prochaine session du Conseil Exécutif :

un projet détaillé de budget pour 1975,

une projection de ce budget pour les années 1976 et 1977 faisant ressortir clairement les crédits strictement indispensables et ceux qui peuvent faire l'objet d'arbitrages ultérieurs,

un projet précis et chiffré de politique de financement de l'ICOM d'après les avis donnés par le Comité Consultatif à sa 31ème session et par le Conseil de la Fondation ICOM,

Décide qu'en tout état de cause la priorité doit être donnée à l'avenir au maintien des instruments de travail et d'action de l'ICOM, à savoir le Secrétariat et le Centre de Documentation.


Résolution n. 7

La 11ème Assemblée Générale de l'ICOM, réunie à Copenhague le 14 juin 1974

Ayant pris connaissance des rapports et conclusions qui lui ont été soumis par le Conseil de la Fondation ICOM,

Remercie le Conseil pour son action au cours des années passées et renouvelle pour trois années le mandat des membres dont les noms suivent : Mme A. Zacks, M. P. McCray, M. A. Pestalozzi, M. A. van Schendel, M. A. de Vries, Sir Philip Hendy,

Demande au Conseil de la Fondation de collaborer avec le Secrétaire Général de l'ICOM en vue de :

a. étudier les diverses méthodes par lesquelles de nouvelles sources de financement pourraient être trouvées,

b. proposer au Conseil Exécutif des recommandations pratiques basées sur cette étude.

 
 
   
Updated: 28 June 2005