Recherche avancée                    
 

Qu'est ce que l'ICOM

Organes de direction
  Conseil exécutif
  Assemblée générale
  Comité consultatif
  Groupes de travail


Comités

Adhérer à l'ICOM

Activités

Ressources












 
  CONTACT US
  SITE MAP
  DISCUSSION LIST
 


 

Résolutions de l'ICOM adoptées lors de l'Assemblée générale, 1947

Résolutions du Conseil International des Musées (ICOM), 1947

Première Conférence intérimaire de l'ICOM

Mexico, 8 novembre 1947 (Original anglais)


Résolution n. 1

Prend la résolution de demander au comité ad hoc du Conseil International des Musées, nommé pour étudier les recommandations préparées par le Secrétariat pour soumission au Groupe de Travail sur les musées de la deuxième Session de la Conférence Générale de l'UNESCO (contenues dans les documents 2C/25, 2C/26, 2C/27 et 2C/28) de suggérer respectueusement, au cas où il serait consulté, que ces recommandations soient approuvées en principe par ce Groupe de Travail sous réserve qu'en ce qui les concerne les priorités soient établies dans l'ordre suivant :

(1) échange d'information;
(2) échange de personnel;
(3) échange de matériel;

étant entendu que les problèmes de reconstruction de musée ont la priorité générale dans tous les cas.


Résolution n. 2

Prend la résolution de considérer qu'il est de première importance que l'UNESCO mette à la disposition de la Section des Musées un personnel professionnel qualifié pour permettre à cette Section de résoudre les nombreux problèmes à traiter et, au cas où le Conseil International des Musées serait invité à assumer des responsabilités en ce qui concerne la réalisation de ce programme ou d'une partie de celui-ci, que ce Conseil doit recevoir une ou des subventions de l'UNESCO, suffisantes pour lui permettre d'utiliser un personnel compétent et hautement qualifié professionnellement afin qu'il puisse se charger de toutes responsabilités qui pourraient lui être confiées. L'ICOM d'autre part souhaite assurer le Groupe de Travail sur les Musées et le personnel de l'UNESCO qu'il souhaite contribuer de toutes les manières possibles, dans le cadre de ses possibilités de coopération, au succès du programme muséologique de l'UNESCO.


Résolution n. 3

Prend la résolution d'apporter le ferme soutien de l'ICOM au projet de publication du périodique mentionné dans le lettre du Chef de la Section des Musées de l'UNESCO au Président de l'ICOM en date du 31 octobre 1947, pourvu que la subvention mentionnée dans cette lettre soit accordée pour un minimum de cinq ans et suffisante pour permettre que la publication de ce périodique soit d'un niveau satisfaisant pour l'UNESCO et pour l'ICOM.


Resolution n. 4

Prend la résolution d'encourager l'échange international d'objets conformément aux principes suivants :

1. nous pensons qu'il est de la plus grande importance pour chaque nation que la connaissance des cultures des divers pays, qui font partie d'un monde unique, puisse être plus largement répandue;

2. par ce moyen, la compréhension mutuelle sera établie plus largement pour que, grâce à l'échange de la connaissance culturelle, il y ait une base commune pour la paix;

3. nous pensons que dans les grands musées des divers pays du monde, il doit y avoir une représentation adéquate et significative des cultures de l'humanité;

4. nous pensons que chaque pays, grâce à ses musées, doit faciliter et mettre en oeuvre par tous les moyens possibles cet échange;

5. nous pensons qu'il existe divers moyens d'atteindre ce but :

a. prêts permanents,

b. prêts temporaires,

c. échanges de collections,

d. acquisition, par des moyens légaux et si possible sous contrôle scientifique;

6. nous nous déclarons fermement opposés aux fouilles illégales et à l'exportation sans autorisation de l'Etat d'objets considérés comme de première importance et présentant un intérêt spécifique et unique sur le plan national;

7. nous pensons que les expéditions scientifiques doivent être autorisées, sous contrôle approprié, et que cette autorisation doit être donnée dans l'idée qu'il y aura une distribution aussi généreuse que possible du matériel découvert sous le contrôle légal de chaque nation;

8. aux pays qui sont particulièrement désireux d'obtenir des reproductions ou des copies d'objets significatifs, y compris de documents scientifiques ou objets de valeur historique, nous pensons que toute facilité doit être donnée pour faire cet échange ou cette acquisition;

9. nous pensons qu'étant donné les difficultés d'un échange financier, il doit être possible d'effectuer cet échange par des moyens internationaux;

10. nous pensons que la plus haute priorité doit être donnée à l'aide et aux échanges pour les pays qui ont été dévastés par la guerre et pour les pays qui jusqu'à présent n'ont pas eu la possibilité de compléter leurs collections universelles.


Résolution n. 5

Prend la résolution d'affirmer que les objets archéologiques, artistiques et scientifiques classés à juste titre comme "uniques" doivent être reproduits sous une forme quelconque et mis à l'abri pour les raisons suivantes :

La guerre a démontré que les richesses qui constituent le patrimoine commun de l'humanité sont exposées à la destruction. Mais il n'y a pas que la guerre qui les menace aussi gravement.

Le feu (par exemple la destruction de la Bibliothèque de Lima), les tremblements de terre, les catastrophes de toutes sortes peuvent, demain, anéantir des trésors uniques dont nous sommes tous responsables devant la postérité.

Chaque objet unique (livres, objets scientifiques, oeuvres d'art, archives) doit être reproduit par photographie, moulage, microfilm, réimpression, copie ou autre moyen approprié, et diffusé à travers le monde afin de s'assurer que, si l'original disparaît, les hommes de demain ne seront pas privés d'un document irremplaçable.

Si l'on avait pas eu le moulage du sinanthrope ou squelette de Pékin, ce document, essentiel pour l'histoire de l'origine de l'homme, serait actuellement perdu. Préserver de tels documents est notre but essentiel et l'UNESCO doit trouver les moyens de reproduire ces objets uniques, soit en agissant directement, soit en agissant indirectement dans les pays en possession de trésors indispensables à la culture générale.


Résolution n. 6

(soumise par M. Mc Curry au nom de la Galerie Nationale du Canada)

Considérant que les expositions dans les musées publics sont parmi les moyens les plus efficaces d'éducation fondamentale et d'éducation à la compréhension internationale et agissent à tous les niveaux d'âge et à tous les stades du développement mental,

Considérant que les NU ont spécifiquement demandé à l'UNESCO d'aider par tous les moyens appropriés à faire connaître plus largement les objectifs des NU et de l'UNESCO,

Considérant que l'impact de la présentation visuelle est le plus immédiat et le plus durable,

Considérant que ce projet peut être immédiatement réalisé grâce aux moyens existants expérimentés et à un coût minimum,

Prend la résolution de demander à l'UNESCO de stimuler le parrainage et l'organisation, grâce aux possibilités de l'ICOM, d'une série d'expositions appropriées comprenant le matériel de musée de toutes les catégories souhaitables et qui incluera le matériel visuel adapté à tous les âges, en particulier dans les pays jusqu'ici défavorisés dans ce domaine.


Résolution n. 7

(présentée par M. Marius Barbeau, Canada)

Prend la résolution de demander à l'UNESCO d'étudier le projet ci-après proposé par le Canada : rechercher les moyens d'établir des archives internationales pour la voix, y compris les chants, danses et mélodies rituelles indigènes, la linguistique et la phonétique dont ont besoin depuis de nombreuses années les chercheurs et artistes (cette proposition est soutenue par les institutions scientifiques suivantes : Musée National du Canada, International Folk Music Council (Londres), American Folklore Society (New York), les Archives du Folklore (Québec).


Résolution n. 8

(soumise par le Comité pour la formation du personnel de musée)

Constatant que les membres de l'ICOM, ayant discuté l'ensemble des problèmes concernant la formation du personnel de musée en vue de définir la tâche à entreprendre par le Comité international créé à cet effet, considèrent qu'elle est d'une importance capitale;

Prend la résolution de composer ce Comité de représentants de divers pays, qui devront tenir la Section des Musées de l'UNESCO informée de leurs travaux et présenter leur premier rapport à la Conférence Générale de l'ICOM de 1948.

(L'ICOM serait heureux que la Section des Musées de l'UNESCO tienne compte des travaux de ce Comité et prenne en considération les activités qu'il souhaite entreprendre dans le même domaine.)


Résolution n. 9

(soumise par M. Gysin et transmise au Comité Exécutif pour étude complémentaire)

a. La première, formulée par la Section des musées d'enfants de l'ICOM, concerne l'organisation de réunions de cette section, les expositions qu'elle planifie, son budget et plusieurs questions qui s'y rapportent.

b. La deuxième, un important document présenté par l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire de la Délégation mexicaine auprès de l'UNESCO, n'émane pas de l'ICOM mais mérite une étude approfondie du Comité Exécutif.


Résolution n. 10

(présentée par le Dr. Paul Rivet)

Prend la résolution de suggérer à l'UNESCO de contribuer par tous les moyens à sa disposition - presse, conférences, émissions de radio, etc. - à la création dans le monde d'institutions publiques consacrées aux sciences de la vie, pour étendre la culture scientifique et faire connaître l'importance de la recherche et des découvertes scientifiques et de leurs résultats sur le développement humain.


Résolution n. 11

(présentée par le Dr. Shaw)

Il est urgent que les musées techniques de toutes catégories s'inspirent des nouvelles méthodes muséographiques afin de donner vie à des collections qui sont souvent d'une richesse incomparable mais ne sont pas exposées comme elles le méritent.


Résolution n. 12

(présentée par M. Locher)

Prend la résolution de demander au Secrétariat de l'UNESCO de publier, lorsque cela sera possible un livre sur les besoins des musées et galeries d'art dans les pays dévastés par la guerre, rédigé d'après les études effectuées sur place par un groupe d'experts.


Résolution n. 13

(présentée par National Parks and other Nature Reserves)

Prend la résolution de demander au Comité Exécutif de l'ICOM de presser par tous les moyens appropriés la Conférence Générale de l'UNESCO, actuellement réunie en session, de prendre des mesures positives en ce qui concerne les deux propositions suivantes qu'ils sont en train d'inclure dans "le programme de l'UNESCO pour 1948" et qui sont d'une importance primordiale pour ce Comité de l'ICOM :

1. inciter les Etats-membres à une enquête sur les politiques et programmes nationaux régissant les parcs nationaux, les réserves naturelles, et en général la conservation de la nature sauvage et la beauté des paysages, en collectant des informations sur les expériences réussies, en vue d'un rapport à soumettre à une future Conférence Générale.

2. parrainer une conférence internationale technique sur la protection de la nature, pour émettre des recommandations qu'une Conférence Générale ultérieure soumettrait aux Etats-membres, visant à établir une législation protectrice, des conventions sur la faune, des accords internationaux sur les espèces migratoires etc.

(Il est entendu que ces propositions sont conformes à la demande de la Conférence Internationale sur la Protection de la Nature, tenue à Brunnen en juillet 1947 sous les auspices de la Ligue Suisse pour la Protection de la Nature, et à laquelle 24 pays étaient représentés).


Résolution n. 14

Prend la résolution d'exprimer les plus chaleureux remerciements du Conseil International des Musées au Comité Mexicain pour la Coopération Internationale parmi les Musées pour la généreuse hospitalité dont les membres du Conseil ont joui durant leur séjour à Mexico; et en outre

Prend la résolution de prier le Conseil de demander respectueusement au Comité Mexicain de tranmettre la gratitude de ses membres au gouvernement et aux Mexicains qui leur ont accordé le privilège de tenir leur conférence dans ce pays d'une grande splendeur artistique passée et présente, au milieu d'un peuple dont l'intelligence pénétrante et la sympathie sans faille ont pour toujours enrichi nos mémoires et nos coeurs.

 
 
   
Updated: 28 June 2005