ICOM

Recherche avancée                    
 
  Qu'est ce que l'ICOM
  Mission
  Siège
  Code de déontologie pour les musées
  Statuts
  Partenaires
  Communiqués de presse


Organes de direction

Comités

Adhérer à l'ICOM

Activités

Ressources












 
  NOUS CONTACTER
  PLAN DU SITE
  LISTES DE DISCUSSION
 


 

Communiqués de presse


1er juin, 2001

PILLAGE EN EUROPE
Trafic illicite des biens culturels


Pillage en Europe - Looting in EuropeLe Conseil international des musées (ICOM) vient de publier Pillage en Europe, quatrième volume de la série "Cent objets disparus".

Les pays européens ne sont pas épargnés par les vols et les pillages du patrimoine. Ce sont plus particulièrement les objets religieux qui sont la cible privilégiée des trafiquants. Pillage en Europe est consacré au pillage du patrimoine religieux. Crucifix, mobilier, orfèvreries, tableaux et autres éléments chargés d'histoire et de spiritualité sont arrachés de leur contexte d'origine pour alimenter un trafic illicite des biens culturels et à terme orner les intérieurs d'habitations privées.

Cet ouvrage décrit la situation dans quatre pays : la France, la Hongrie, l'Italie et la République tchèque. Ces pays ne sont malheureusement pas les seules victimes du trafic illégal de biens religieux, mais ils sont représentatifs d'une situation générale en Europe.

Malgré des législations nationales strictes et des services de police spécialisés, le pillage continue et les chiffres sont éloquents. En Italie, plus de 88 000 objets ont été volés dans des institutions religieuses entre 1980 et 1999. En France, on note 160 lieux de vols pendant les années 1990. En Hongrie, d'après les informations fournies par la police sur les vols dans les églises, on passe de 53 procès instruits en 1997 à 79 pour 1998, pour atteindre 87 affaires en 1999. Enfin, en République tchèque, on estime que, depuis 1986, entre 30 000 et 40 000 objets ont été volés dans des institutions religieuses.

La liste des objets volés publiée dans Pillage en Europe n'est en aucun cas exhaustive, elle permet cependant de présenter un large panorama de tous les types de pièces volées dans ces pays, depuis le tableau de maître ou la sculpture monumentale jusqu'aux ex-voto et aux chandeliers. Document d'information et de sensibilisation, cet ouvrage est très largement diffusé aux musées, aux polices et douanes, ainsi qu'aux marchands et salles de ventes à travers le monde.

Les précédents volumes de la série "Cent objets disparus" ont été consacrés successivement au Cambodge, à l'Afrique et à l'Amérique latine. Ces premières éditions ont permis de restituer des objets à leurs pays d'origine et surtout d'attirer l'attention du public sur la question du trafic illicite des biens culturels.

Restitution d' objets volés du patrimoine Tchèque

Quelques semaines après le lancement et la diffusion de Pillage en Europe en République tchèque, deux objets publiés dans cet ouvrage ont été identifiés et restitués. Volée en 1998, une sculpture de l'Evangéliste Marc datant du XVIIe siècle, publiée en page 103 de l'ouvrage, a été restituée à la République tchèque par la salle de vente autrichienne Dorotheum le 3 avril 2001. Enfin c'est une Vierge à l'enfant, volée en 1992 et publiée en page 97 (droite), qui a été restituée le 25 mai dernier par un antiquaire tchèque.

Ces restitutions sont très encourageantes. Cependant, elles doivent rappeler aux acheteurs potentiels d'exercer la plus grande vigilance face à tout objet similaire qui serait proposé à la vente. En les achetant, on contribue à la destruction d'un patrimoine tout en encourant le risque de devenir receleur.

Cent objets disparus. Pillage en Europe

Pillage en Europe a pu être publié grâce aux informations et à la collaboration active de :

la Direction de l'architecture et du patrimoine en France ;
la Direction du patrimoine culturel en Hongrie ;
le Commandement des Carabiniers pour la protection du patrimoine artistique en Italie et
le Département du patrimoine mobilier des musées et des galeries en République tchèque.

Cette publication a reçu le soutien financier de :

la Fondation Florence Gould,
du ministère français de la Culture et de la Communication et
de l'UNESCO.

Contact: Valérie Jullien - Tél. +33 (0) 1.47 34 05 00- Fax. + 33 (0) 1.43.06.78.62 -
ICOM - maison de l'UNESCO, 1, rue Miollis, 75732 Paris cedex 15, France - http://icom.museum

 

 

 


 
 
   
Updated: 28 Juin 2005