Liste Rouge I Introduction I Liste Rouge Afrique I Fiche précédente I Fiche suivante


 



Terres cuites
du nord du Ghana
(Komaland)
et de la Côte
d'Ivoire

 

 



 

 

Tête Janus du Komaland,
terre cuite
Statues Nord Ouest Côte d'Ivoire, terre cuite
Ghana Museums & Monuments Board Musée national d'Abidjan (Côte d'Ivoire)
Cliquez sur la photo pour visionner les oeuvres dans un plus grand format


Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Législations I Sources

 

--Provenance  
 

Terres cuites, région du Komaland, extrême nord du Ghana.

Terres cuites, département d'Odienné, nord-ouest de la Côte d'Ivoire ; statues en pierre, centre-ouest de la Côte d'Ivoire.

--Caractéristiques  
 

Au Ghana et en Côte d'Ivoire, à la même latitude, ont été trouvées des sculptures en terre cuite dans des tertres funéraires. En 1985, les fouilles menées par l'Université du Ghana dans le nord du pays ont mis au jour les témoins d'une culture qui aurait connu son épanouissement à partir du XIVe siècle et jusqu'au XVIIIe siècle. Les sépultures étudiées ont livré des sculptures anthropomorphes et zoomorphes en terre cuite, intactes ou sous forme de fragments. Ces pièces ont été majoritairement réalisées dans un mélange d'argile et de sable d'aspect sombre et granuleux, certaines sont cependant dans des terres jaunes à la texture fine.

Il s'agit, pour la majorité, de têtes isolées de 7 à 24 cm de haut, avec une base élargie ou en pointe. Par ailleurs, des figures humaines entières, mesurant entre 14 et 55 cm, ont été aussi retrouvées lors des fouilles. Certaines sont très ornées et représentent des personnages dans des positions très statiques, les mains posées sur les genoux. D'autres sont habillées de vêtements avec des pompons et des manches et armés de poignards. Les personnages janus et polycéphales (têtes représentées côte à côte sur un même corps) constituent une particularité de cet ensemble. Les figurations animales sont, elles, en petit nombre mais très variées.

Sur toutes ces oeuvres, les mêmes détails des traits du visage et des parures apparaissent très en relief. Des incisions soulignent les barbes et les ornements. L'oeil est globuleux, contenue par des paupières épaisses marquées par des bourrelets de terre. Les narines et les oreilles sont perforées.

En Côte d'Ivoire, il s'agit de statuettes anthropomorphes et zoomorphes en terre cuite. On trouve des fragments de toutes les parties du corps : têtes sur des cous tubulaires, bras ornés de bracelets (enroulement en spirale), mains, etc. Dans le centre-ouest du pays, des visages sculptés sur des pierres d'aspect poreux, de forme en général ovale, ont aussi été trouvées.

 

--L'urgence de la situation  
 

Dans l'année qui a suivi les premières fouilles officielles, les sites archéologiques au Ghana ont été pillés et des terres cuites dites du Komaland sont apparues en quantité sans cesse croissante sur le marché de l'art à Dakar, Paris et New York.

Les pièces de Côte d'Ivoire, sont, elles, connues seulement par des découvertes fortuites provenant de fouilles clandestines et déposées au musée d'Abidjan. On ignore tout des sociétés qui les ont façonnées et l'ampleur actuelle du pillage laisse craindre que tout soit désormais dévasté.

 


Législations nationale et internationale protégeant ces objets :
 

Ghana :
- National Museum Regulations, 1973, du 26 mars 1973.

Côte d'Ivoire :
- Loi n° 87-806 du 28 juillet 1987 portant protection du patrimoine culturel.
- Convention de l'UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, ratifiée par la Côte d'Ivoire le 30 octobre 1990, entrée en vigueur le 30 janvier 1991.
- Convention d'Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, signée par la Côte d'Ivoire à l'adoption du texte le 24 juin 1995 à Rome.

 

--Sources  
 

- James Anquandah, 1987 : « L'art du Komaland. Une découverte récente au Ghana septentrional », Arts d'Afrique Noire, n° 62, pp. 11-18, ill.
- Book review : « James Anquandah, Laurent van Ham, Discovering the forgotten 'civilization' of Komaland, Northern Ghana », African Arts, 1987, vol. XX, n° 2.
- Jean Polet, Professeur / Professor, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, France.
- Yaya Savané, Conservateur en chef / Chief Curator, Musée national d'Abidjan, Cent objets disparus. Pillage en Afrique / One Hundred Missing Objects. Looting in Africa, ICOM, 1994, réimpression mise à jour / updated reprint 1997, p. 94.
- Samuel Sidibé, 1995 : « Problèmes de gestion et de conservation du patrimoine archéologique : l'expérience malienne » / « Problems concerning the management and Conservation of Archaeological Heritage. The Malian Experience », Le trafic illicite des biens culturels en Afrique / Illicit Traffic of Cultural Property in Africa, ICOM.
- UNESCO
- UNIDROIT.

Haut de page

 

 

Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Sources
Page d'accueil Liste Rouge I Introduction I La Liste Rouge Afrique I Fiche précédente I Fiche suivante
Page d'accueil ICOM

Janvier 2000