Liste Rouge I Liste Rouge Afrique I Introduction I Fiche précédente I Fiche suivante


 





Terres cuites, bronzes, poteries
et statuettes
en pierre du système
de Bura
(Niger, Burkina Faso)
 

 

 

Statue du système de Bura,
terre cuite
Jarre funéraire du système de Bura, terre cuite
Institut de recherches en sciences humaines (I.R.S.H.), Niamey (Niger)
Cliquez sur la photo pour visionner les oeuvres dans un plus grand format


Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Législations I Sources

 

--Provenance  
 

Système des sites de Bura, sud-ouest du Niger, est du Burkina Faso.

--Caractéristiques  
 

Mis au jour à partir de 1983 par une fouille scientifique menée par l'Institut de recherches en sciences humaines (I.R.S.H.) du Niger, les objets dits de Bura sont constitués de grandes jarres funéraires, tubulaires ou ovoïdes, surmontées de têtes, personnages ou même cavaliers en terre cuite. Provenant de cette région sont aussi commercialisées des sculptures en pierre, dont seuls quelques rares exemplaires ont été trouvées lors des fouilles officielles.

Les têtes de ces figurines sont généralement plates, de forme rectangulaire ou oblongues. Un grand nombre d'entre elles a été représenté avec des scarifications et les bustes portent fréquemment en bandoulière des sortes de baudriers entrecroisés d'enfilage de perles, supportant des carquois et des armes. Des bracelets ont été ajoutés sur les bras. Les jarres sur lesquelles ces statuettes étaient fixées sont décorées d'incisions. Certaines poteries forment le corps même du personnage avec la représentation des membres supérieurs en haut-relief.

Les pièces en métal cuivreux, faisant partie du même ensemble, sont essentiellement constituées de parures (bracelets) et de pointes de flèches à talon recourbé.

 

--L'urgence de la situation  
 

Le caractère rigoureux des méthodes de fouille, aussi bien en surface qu'en stratigraphie, a permis de réunir toutes les informations relatives aux inhumations que l'on trouve sur les sites du système de Bura du IIe au XIe siècles. Cela permet également de comprendre les fonctions particulières de chaque site et ainsi de déterminer le rôle des statues retrouvées.

Mais, depuis que l'existence de ces cultures anciennes a été rendue publique, notamment dans les pays occidentaux, le pillage s'est développé à grande échelle. Des quantités énormes de sculptures ont été exportées illégalement notamment par le biais de pays voisins, et par l'intermédiaire d'un réseau organisé. Sur le marché occidental, elles sont parfois « identifiées » comme provenant du Mali ou du Burkina Faso. Les archéologues sont très alarmés car tous les sites de la région sont systématiquement visités et les informations qu'ils renfermaient sont du même coup détruites.

 


Législations nationale et internationale protégeant ces objets :
 

Niger :
- Loi n° 97-022 du 30 juin 1997 relative à la Protection, la Conservation et la Mise en valeur du Patrimoine Culturel National, Décret n° 97-407/PRN/MCC/MESRT/IA du 10 novembre 1997.
- Convention de l'UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation,l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, ratifiée par le Niger le 16 octobre 1972, entrée en vigueur le 16 janvier 1973.

Burkina Faso :
- Ordonnance n° 85-049/CNR/PRES du 29 août 1985 portant protection du patrimoine culturel,
Décret n° 85-493/CNR/PRES/INFO du 29 août 1985 portant réglementation de l'exportation des objets d'art du Burkina Faso.
- Convention de l'UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, ratifiée par le Burkina Faso le 7 avril 1987, entrée en vigueur le 7 juillet 1987.
- Convention d'Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, signée par le Burkina Faso à l'adoption du texte le 24 juin 1995 à Rome.

 

--Sources  
 

- Boubé Gado, 1993 : « Un 'village des morts' à Bura en République du Niger. Un site méthodiquement fouillé fournit d'irremplaçables informations », Catalogue de l'exposition / Exhibition catalogue, Vallées du Niger, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1993, pp. 365-374.
- Boubé Gado, 1997 : « Pillage, destruction et trafic du patrimoine archéologique dans le sud-ouest nigérien : étude du cas de l'aire à statuettes funéraires anthropomorphes du système de sites de Bura », Atelier sur la protection du patrimoine culturel africain / Workshop on the Protection of the African Heritage, Amsterdam, Documents de travail, ICOM.
- UNESCO.
- Droit et patrimoine en Afrique, Recueil des législations relatives à la protection du patrimoine, Université Senghor, Alexandrie, 1997-99.

Haut de page

 

 

Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Sources
Page d'accueil Liste Rouge I Introduction I La Liste Rouge Afrique I Fiche précédente I Fiche suivante
Page d'accueil ICOM

Janvier 2000