Liste Rouge I Liste Rouge AfriqueI Introduction Fiche précédente I Fiche suivante


 



Terres cuites,
bronzes et poteries
de la vallée du Niger (Mali)

 

 



 

Statuettes Djenné, terre cuite
Musée national de Bamako (Mali)
Cliquez sur la photo pour visionner les oeuvres dans un plus grand format
 


Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Législations I Sources

 

--Provenance  
 

Vallée du Niger, Mali.

 

--Caractéristiques  
 

Ces objets proviennent des buttes qui émergent dans la zone d'inondation du fleuve Niger. Ils sont habituellement dits de « Djenné », du nom de la ville proche du site archéologique de Jenné-Jeno, mais proviennent en fait de toute la vallée du Niger. Par ailleurs, ce site est classé sur la liste du Patrimoine national et est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les sculptures en terre cuite, en général entre 20 et 40 cm de haut, représentent majoritairement des figurines humaines, souvent entières, agenouillées ou assises, les bras croisés sur la poitrine ou les mains posées sur les cuisses. Les gestes présentent fréquemment une asymétrie. Quelques cavaliers et des hommes debout ont le buste enserré dans un baudrier soutenant un carquois. Les corps sont lisses ou couverts de pastilles rondes, réalisés dans une argile à grains fins.
Des poteries, dont certaines comportent des éléments anthropomorphes, et des figurines en métal proviennent aussi de cette région. Parmi les représentations zoomorphes de cette statuaire, le serpent occupe une place importante.
Les têtes au crâne rasé, parfois couvertes d'un chapeau, sont caractérisées par des lèvres protubérantes, un nez triangulaire et surtout par des yeux saillants, des paupières marquées par des gravures concentriques ou des cils incisés de manière rayonnante autour de l'oeil. Un sous-groupe se distingue par des corps plus cylindriques et allongés, des yeux plus petits et non cerclés d'incisions et un grand nombre de bracelets. Ces pièces sont parfois classées en styles de Bankoni et de Ségou. Elles proviennent du sud du Mali dans les régions de Bamako, Ségou et Bougouni.

 

--L'urgence de la situation  
 

Le Musée national du Mali possède toutes les statuettes trouvées lors de fouilles officielles. La majorité des autres statuettes de la vallée du Niger est donc issue du pillage des sites archéologiques, qui sont aujourd'hui touchés à 80 ou 90 % par les déprédations. C'est pourquoi on connaît très peu de choses sur les cultures qui ont produit ces pièces en dépit du grand nombre d'objets commercialisés sur le marché de l'art. Leur provenance exacte restera à jamais inconnue de même que la date de leur création. Les indications obtenues par thermoluminescence ne peuvent au mieux que donner des fourchettes tellement larges qu'elles ne résolvent aucunement les problèmes de datation.

Face à cette urgence, des programmes de sensibilisation des populations locales sont mis en place et les forces publiques peuvent intervenir et saisir les objets pillés comme à Thial en 1990 et plus récemment, au printemps 1999, dans un village proche de Djenné.

 


Législations nationale et internationale protégeant ces objets :
 

- Loi n° 85-40/AN-RM, du 26 juillet 1985 relative à la protection et à la promotion du Patrimoine culturel national,
Décret n° 203/PG-RM du 13 août 1985 instituant une Commission nationale de sauvegarde du patrimoine culturel,
Décret n° 275/PG-RM du 4 novembre 1985 portant réglementation des fouilles archéologiques,
Décret n° 299/PG-RM du 19 septembre 1986 relatif à la réglementation de la prospection, de la commercialisation et de l'exportation des biens culturels. (Mali)
- Loi n° 86-61/AN-RM du 26 juillet 1986 relative à la profession de négociants en biens culturels. (Mali)
- Convention de l'UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation,l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, ratifiée par le Mali le 6 avril 1987, entrée en vigueur le 6 juillet 1987.
- Accord entre le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique et le gouvernement de la république du Mali portant sur les restrictions à l'importation de matériel archéologique de la vallée du Niger et des falaises de Bandiagara, du 23 septembre 1993, continué par un accord du 19 septembre 1997.

 

--Sources  
 

- M. Dembele, A. M. Schmidt, J. D. van der Waals, 1993 : « Prospection de sites archéologiques dans le delta intérieur du Niger », Catalogue de l'exposition / Exhibition catalogue, Vallées du Niger, Paris, Réunion des Musées Nationaux.
- Samuel Sidibé, 1995 : « La lutte contre le pillage du patrimoine culturel malien et l'exportation illicite : efforts nationaux et coopération internationale » / « The Fight Against the Pillage of Mali's Cultural Heritage and Illicit Exportation : National Efforts and International Cooperation », Le trafic illicite des biens culturels en Afrique / Illicit Traffic of Cultural Property in Africa, ICOM.
- UNESCO - USIA.

Haut de page

 

 

Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Sources
Page d'accueil Liste Rouge I Introduction I La Liste Rouge Afrique I Fiche précédente I Fiche suivante
Page d'accueil ICOM

Janvier 2000