Liste Rouge I Liste Rouge Afrique I Introduction I Fiche précédente I Fiche suivante


 



Terres cuites
et bronzes d'Ifé (Nigeria)

 

 

 

Tête Ifé, terre cuite

Tête Ifé d'Oni, bronze

©National Commission for Museums and Monuments (Nigeria)
Cliquez sur la photo pour visionner les oeuvres dans un plus grand format
 


Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Législations I Sources

 

--Provenance  
 

Régions de Ifé et de Owo, sud-ouest du Nigeria.

--Caractéristiques  
 

Capitale et centre religieux du sud-ouest du Nigeria, Ifé est l'une des principales villes qui émergèrent à la fin du premier millénaire à cette latitude. Dans cette région, les sculptures anthropomorphes et zoomorphes (éléphant, bélier, etc.) en terre cuite surtout, mais aussi en laiton, ont été produites en grand nombre entre les XIe et XVe siècles. Des représentations humaines et animales avec les mêmes caractéristiques ont aussi été ajoutées en haut-relief sur des poteries sphériques. Toutes ces pièces sont souvent dénommées sur le marché « art d'Ifé » même si elles peuvent aussi provenir d'autres villes telle celle d'Owo.

Les objets en laiton (dit habituellement « bronze ») frappent par leur grand réalisme, même s'il s'agit certainement de portraits idéalisés des rois morts ou Oni. Pour la plupart, ce sont des têtes isolées grandeur nature, parfois des bustes cassés, et exceptionnellement des personnages entiers d'environ 50 cm de haut, couronnés et portant de lourds colliers. Certaines têtes sont ceintes d'un diadème, alors que d'autres ont des perforations sur le pourtour du crâne et parfois sur le cou, sur le menton et autour de la bouche.

Les têtes en terre cuite sont beaucoup plus nombreuses et variées. Leur hauteur s'échelonne de 25 cm à des proportions proches de celles du corps humain. Des corps, entiers ou en morceaux, ont parfois été retrouvés. Les têtes découvertes à Owo portent plus généralement des bonnets à la place des diadèmes et un grand nombre d'entre elles sont bâillonnées. Dans le laiton ou dans la terre, un certain nombre de visages sont incisés de stries verticales parallèles. Parallèlement à ces figures naturalistes ont été produites des têtes humaines très abstraites. Sur un support conique, une bouche est incisée et des yeux figurés par des trous ronds. Plusieurs appendices cornus sortent du sommet du crâne.

 

--L'urgence de la situation  
 

La politique d'information des populations menée par les autorités du Nigeria dès 1945 a conduit à la constitution de collections publiques des oeuvres d'Ifé, trouvées en fouille, données par le roi ou par les habitants de la région quand ils en découvraient lors de travaux.

La rareté des pièces sur le marché et la forte demande conduisent depuis quelques années à des vols massifs et violents dans les musées du Nigeria. Entre avril 1993 et novembre 1994, une quarantaine de pièces a été volée au Musée d'Ifé. Successivement en mai 1993 et en mai 1997, les gardiens du musée d'Owo ont été sauvagement attaqués, l'un d'eux tué et les autres blessés grièvement. Dans la dernière décennie, des dizaines d'objets de ce type sont apparues sur le marché de l'art des pays européens et nord-américains. Toutefois, trois des têtes en terre cuite volées au National Museum de Ilé-Ifé ont pu être retrouvées à Paris et restituées au Nigeria en 1996.

 


Législations nationale et internationale protégeant ces objets :
 

- Nigerian Prohibition Law on non-exportation of antiquities, Décrets gouvernementaux de 1974 et de 1979 (National Commission for Museums and Monuments Decree, N° 77 1979).
- Convention de l'UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation,l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, ratifiée par le Nigeria le 24 janvier 1972, entrée en vigueur le 24 avril 1972.

 

--Sources  
 

- Yaro T. Gella, 1997 : Director-General / Directeur général, National Commission for Museums and Monuments, Nigeria : « Thefts in Museums : A Report on the Nigerian Situation 1993-1997 », Workshop on the Protection of the African Heritage / Atelier sur la protection du patrimoine culturel africain, Amsterdam, Working Documents, ICOM.
- Helen Kerri, Director / Directeur, Museums and Monuments, National Commission for Museums and Monuments, Nigeria.
- Catalogue de l'exposition / Exhibition catalogue, Vallées du Niger, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1993.

Haut de page

 

 

Provenance I Caractéristiques I L'urgence de la situation I Sources
Page d'accueil Liste Rouge I Introduction I La Liste Rouge Afrique I Fiche précédente I Fiche suivante
Page d'accueil ICOM

Janvier 2000