Introduction I Sommaire I Exemple précédent I Exemple suivant

OBJETS COLONIAUX
Sculpture - Sculptures en bois polychromes


 

Sculptures religieuses

Origine I Caractéristiques I Urgence de la situation I Législation I Bibliographie

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

La Vierge Marie,
bois, 58 x 28 cm
Saint François,
bois
L'archange Saint Michel,
bois
Sainte Anne,
bois
  © Museo de Arte Colonial © CONACULTA-INAH-MEX. Reproducción autorizada por el Instituto Nacional de Antropología e Historia © Fernando Allen Galiano © CONACULTA-INAH-MEX. Reproducción autorizada por el Instituto Nacional de Antropología e Historia

--Origine  
 

Tous les pays d'Amérique latine.

--Caractéristiques  
 

Ces sculptures coloniales (du XVIe au XVIIIe siècle) proviennent d'églises et de couvents. Créées par des ateliers ou des auteurs anonymes, elles sont assez uniformes. On distingue cependant les écoles de Quito et de Cuzco, dont l'influence s'est étendue sur toute l'Amérique latine.
Ces sculptures sont en bois nobles, comme le cèdre. Les plus petites mesurent 27 cm et les plus grandes 1,7 m de haut (images grandeur nature). Elles représentent des vierges, des saints, des anges, des archanges, le Christ crucifié, l'enfant Jésus et des crèches.
Ces œuvres polychromes sont rehaussées de feuilles d'or et d'argent ; les couleurs ont un emploi spécifique : la peau des anges et de l'enfant Jésus est rose vif, la mante de la vierge Marie est bleue ou verte et celle de Saint Joseph rouge. Quant aux motifs floraux des vêtements romains des archanges, ils sont de couleurs variées. Les visages, les mains et les pieds sont peints en rose nacré brillant et parfois mat. Les vêtements sont ornés de motifs floraux et végétaux.
La plupart des sculptures sont taillées en une seule pièce. Le corps est soit non ouvragé soit orné d'habits sculptés et parfois recouvert de vêtements en tissu (lorsqu'elles ont perdu leurs vêtements, les sculptures ressemblent à des poupées). Les tissus peuvent être collés, polychromés et brochés. Les sculptures ont parfois un socle et des accessoires en argent (couronne, ailes) ou des ornements (perles, cheveux naturels). Les visages étant parfois faits à partir d'un masque de plomb, peint d'une couleur imitant celle de la peau, ils peuvent être froids au toucher. Des yeux en verre complètent les visages.
Les sculptures des missions jésuites et franciscaines installées dans les zones limitrophes de l'Argentine (province de Misiones), la Bolivie (Chiquitanía et Moxos), le Paraguay (départements de Misiones et d'Itapúa), l'ouest du Brésil et le nord-est de l'Uruguay sont remarquables. Certains ateliers locaux qui employaient une main d'œuvre indigène produisirent des sculptures dotées d'un style propre. Leur expression naïve et populaire est due au schématisme, au manque de proportions et à la sobriété formelle de leur facture.

 

--Urgence de la situation  
 

Ces sculptures sont essentielles pour comprendre le processus de formation de la pensée et du développement artistique en Amérique latine. Leur vulnérabilité est renforcée par la méconnaissance de leur valeur, la rareté des inventaires et la protection insuffisante des églises et des musées.
De nombreuses sculptures faisaient partie de retables, des compositions complexes comprenant des tableaux et des sculptures et qui couvraient les murs au-dessus des autels. Ces retables sont coupés en morceaux et détruits. Les vols sont fréquents, surtout dans les zones éloignées comme les anciennes missions.
Deux sculptures ont récemment été volées au Templo Parroquial del Conjunto Misionero de Santos Cosme y Damián (Département de Misiones, Paraguay). En Colombie, en 1998, 136 biens culturels, dont 39 sculptures de l'école de Quito, ont été dérobés au Museo de Arte Colonial de Bogotá. Grâce à l'inventaire et à l'action de la police métropolitaine, certaines sculptures ont pu être récupérées deux ans plus tard.

 

--Legislation Protecting these Objects  
 

Voir tous les pays d'Amérique latine.

--Bibliographie  
 
  • Alfaro, Alfonso & Maquívar, María del Consuelo. Corpus aureum: escultura religiosa. Mexico City, Museo Franz Mayer, 1995.
  • Escudo-Albornoz, Ximena. América y España en la escultura colonial quiteña: historia de un sincretismo. Quito, Ediciones del Banco de los Andes, 1997.
  • Gutiérrez, Ramón (coord.). Pintura, escultura y artes útiles de Iberoamérica, 1500-1825. Madrid, Ediciones Cátedra, S.A, 1995.
  • Querejazu, Pedro (ed.). Las Misiones Jesuíticas de Chiquitos. La Paz, Fundación BHN/ La Papelera SA., 1995.
  • Los siglos de oro en los virreinatos de América: 1550-1700. Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 1999.

Top

 

 

Introduction I Legislation I Remerciements I Bibliographie générale I Exemple précédent I Exemple suivant
Page d'accueil Liste Rouge I Site Web ICOM

janvier 2004