Introduction I Sommaire I Exemple précédent I Exemple suivant

OBJETS PRECOLOMBIENS
Pierres - Statues


 

Statues de San Agustín (Colombie)

Origine I Caractéristiques I Urgence de la situation I Législation I Bibliographie

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Statue 10, Mesita A,
pierre, 2.6 x 1.2 m
Statue 26, Mesita B,
pierre, 1.8 m x 73 cm
  © ICANH © ICANH

--Origine  
 

Colombie.

--Caractéristiques  
 

La période classique de la culture de San Agustín s'étend du début de notre ère à 900 apr. J.C. Elle se caractérise par un développement extraordinaire de la sculpture monumentale en pierre, qui est associée à un intense culte funéraire. Les statues de San Agustín proviennent de tombes monumentales qui étaient recouvertes d'un monticule de terre. On les trouve dans les villes de San Agustín, Isnos, Argentina, Salado Blanco, La Plata (département de Huila) et Moscopán, Aguabonita et Inzá (département de Cauca).
Dans la région du massif colombien, les statues de San Agustín sont aussi nommées " Chinas ".
Il s'agit de grands blocs de roche volcanique, sculptés en ronde-bosse, ovales et parfois légèrement rectangulaires. Leurs dimensions varient de 30 cm à 1,5 m de haut, 15 à 80 cm de large et 7 à 60 cm de profondeur.
Elles représentent le plus souvent une figure humaine avec de grands bras repliés sur la poitrine et un visage mêlant des traits humains et animaux, en particulier félins : grands yeux, nez large, bouche fermée ou esquissant un sourire qui laisse voir dents et crocs. Les représentations d'animaux (jaguars, singes, crapauds, aigles) sont moins fréquentes.
Une dernière caractéristique permettant d'identifier ces statues est leur base étroite, non polie, qui permet de les fixer au sol.

 

--Urgence de la situation  
 

Les statues de San Agustín sont connues depuis la moitié du XVIIIe siècle. La plupart ont été découvertes lors de missions archéologiques menées à partir des années 1930. Jusqu'à présent, 536 statues ont été cataloguées.
Ces statues témoignent de l'importance des rites funéraires dans l'organisation politique des chefferies préhistoriques du nord de l'Amérique du sud.
Les statues se trouvent de manière dispersée dans une vaste zon et plus de 17 statues connues ont été dérobées au cours des 15 dernières années. Les archéologues craignent que des statues non répertoriées soient ou aient été dérobées et exportées sans avoir été étudiées. Les sites les plus susceptibles d'être pillés sont les petits centres funéraires, éloignés des routes et des villes. Les pilleurs découpent les statues en morceaux afin de les transporter plus facilement.
En 1990, le site archéologique de San Agustín a fait l'objet d'un pillage au cours duquel la sculpture nº 214 a été dérobée. On a retrouvé sa trace en 1996 dans une maison de ventes aux enchères danoise. Son exportation illégale au Danemark ne pouvant être prouvée, il n'a pas été possible de la rapatrier.
Cet exemple prouve à quel point il est urgent d'adopter des mesures plus strictes afin de déceler à temps le trafic illicite d'objets archéologiques.

 

--Législation protégeant ces objets  
 

Voir Colombie

--Bibliographie  
 
  • Drenan, Robert D. [et al.] Las Sociedades prehispánicas del Alto Magdalena. Bogotá, ICANH, 2000.
  • Sotomayor, María Lucia & Uribe, María Victoria. La Estatuaria del Macizo Colombiano. Bogotá, Instituto Colombiano de Antropología, Colcultura, 1987.
Top
 

 

Introduction I Legislation I Remerciements I Bibliographie générale I Exemple précédent I Exemple suivant
Page d'accueil Liste Rouge I Site Web ICOM

janvier 2004