Introduction I Sommaire I Exemple précédent I Exemple suivant

OBJETS PRECOLOMBIENS
Pierres - Pierres à meuler


 

Pierres à meuler ajourées

Origine I Caractéristiques I Urgence de la situation I Législation I Bibliographie

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Pierre à meuler ajourée, pierre, 46 x 80 cm,
Pierre à meuler ajourée, pierre, 40 x 75 cm Pierre à meuler ajourée, pierre, 17 x 46 cm Pierre à meuler ajourée, pierre, 36 x 73,5 cm
  © Museo Nacional de Costa Rica © Museo Nacional de Costa Rica © Museo Nacional de Costa Rica © Museo Nacional de Costa Rica

--Origine  
 

Costa Rica, Honduras, Nicaragua et Panama.

--Caractéristiques  
 

Les pierres à meuler, finement taillées, étaient très répandues en Amérique centrale de 500 à 1500 apr. J.C.
Réalisées en roches volcaniques poreuses, elles ont été produites à des fins utilitaires et portent le plus souvent des traces d'usure. Leurs formes et leurs dimensions varient en fonction des régions et de l'époque ; les plus petites mesurent 10 cm de haut et 30 cm de large et les plus grandes 40 cm de haut et 50 ou 90 cm de large.
Elles disposent d'une grande surface concave ou plate (meule) destinée à la mouture des céréales et à la préparation de la nourriture et sont accompagnées d'un pilon en pierre lisse. La richesse des décorations des pierres à meuler de la région les distingue des exemplaires plus simples que l'on trouve dans d'autres zones géographiques.
Les pierres à meuler les plus complexes sont zoomorphes. Un modèle très répandu et propre à la Gran Nicoya (nord-ouest du Costa Rica et sud-ouest du Nicaragua) comprend une meule lisse, rectangulaire et concave, tripode, un pied à l'avant et deux à l'arrière. A l'avant, un jaguar ou un ara (perroquet) se détache de la meule ; ses pattes et sa tête sont ornées de délicates décorations géométriques ajourées composant un filigrane élaboré (fig. 1).
Les pierres à meuler dites " à panneau volant " ou " de panneau pendant ", consistent en une meule rectangulaire, à quatre pieds. Sous la meule se trouve un panneau richement sculpté en ronde-bosse et ajouré. Les ornements sont de complexes motifs géométriques ou animaux (les plus courants étant les oiseaux au bec courbé, le jaguar et les figures humaines) (fig. 2).
Les exemplaires originaires du Gran Chiriquí (sud du Costa Rica et nord du Panama) possèdent une meule ovale ou rectangulaire, légèrement concave, reposant sur quatre pieds imitant les pattes d'un félin. La meule est ornée, d'un côté, d'une tête de jaguar et, à l'opposé, d'une queue en boucle qui rejoint un des pieds postérieurs (fig. 3).
On trouve également des exemplaires à meule ronde, tels des sièges cérémoniels ou des tables, reposant sur une base ajourée et dont le bord de la meule est orné de têtes humaines ou animales.(fig. 4).

 

--Urgence de la situation  
 

Aujourd'hui les pierres à meuler sont pour la plupart découvertes lors de fouilles scientifiques mais il y a quelque temps elles faisaient l'objet d'un intense pillage. On en trouve un grand nombre dans les collections et les musées locaux mais d'autres ont été exportées illicitement.
L'originalité de ces pierres à meuler et leur unicité au sein du monde précolombien en font des objets très prisés.
La valeur scientifique et esthétique, l'importance et la représentativité des pierres à meuler justifient amplement leur protection. Il est nécessaire de prévenir et de mettre fin au trafic illicite de ces objets afin de pouvoir étudier leur rôle dans les rites funéraires, les coutumes, la hiérarchie, la chronologie, la distribution, les styles, ainsi que les différentes compositions et utilisations des matières premières.
Les exemplaires de petite et de moyenne taille, légers, et donc facilement transportables, sont les plus prisés.

 

--Législation protégeant ces objets  
 

Voir Costa Rica, Honduras, Nicaragua et Panama

--Bibliographie  
 
  • Corrales, Francisco. "Surgimiento y desarrollo de la sociedad compleja en la Costa Rica Precolombina". In: Exhibición Oro y Jade: Emblemas de poder en Costa Rica. Bogotá, 1999.
  • Fontana, Amalia. "Diseño de los metates del Museo del Jade". In: El Oro de América. Exhibición Arqueológica, Zaragoza, 1998
Top
 

 


Introduction I Legislation I Remerciements I Bibliographie générale I Exemple précédent I Exemple suivant
Page d'accueil Liste Rouge I Site Web ICOM

janvier 2004