Introduction I Sommaire I Exemple précédent I Exemple suivant

OBJETS PRECOLOMBIENS
Céramique - Poteries


 

Urnes de la région amazonienne

Origine I Caractéristiques I Urgence de la situation I Législation I Bibliographie

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Urne Marajoará, céramique, hauteur : 84 cm.
Urne Macará, céramique,
hauteur : 66 cm.
Urne Guarita, céramique, hauteur : 45,5 cm Urne Cunani, céramique, hauteur : 78 cm.
  © Museu Paraense Emilio Goeldi © Museu Paraense Emilio Goeldi © Museu Paraense Emilio Goeldi © Museu Paraense Emilio Goeldi

--Origine  
 

Brésil, Colombie, Equateur et Venezuela.

--Caractéristiques  
 

Les urnes funéraires existent dans toute la région amazonienne. Elles n'ont pourtant fait l'objet que de rares études. Les plus connues, et les plus menacées, sont les brésiliennes. Elles sont classées en quatre types selon leur région d'origine : Marajoará (île de Marajó), Macará, Cunani (état d'Amapa) et Guarita (principalement le bassin du fleuve Urubú).
D'après les rares fouilles scientifiques et les études chronologiques réalisées, les urnes datent de 500 à 1500 apr. J.C. Elles servaient à contenir des cendres et des restes humains. Elles mesurent entre 30 et 85 cm de haut et se caractérisent par leur forme plus ou moins globulaire et leur abondant décor géométrique.
Les urnes Marajoará ou Marajó ont une forme globulaire, une large ouverture, des décorations géométriques élaborées, incisées et peintes en blanc, rouge et ocre, ainsi que de rares éléments en très léger relief. Une observation attentive permet de distinguer des traits humains schématiques, en particulier des visages, et des animaux, tels que des tortues, des oiseaux ou des serpents, et des figures aux traits humains et animaux.
Les urnes Macará sont grandes et adoptent la forme d'animaux ou de figures humaines. Ces dernières, les plus courantes, ont un corps cylindrique auquel sont rattachés des bras et des jambes. Les bras sont pliés dans une attitude forcée et posés sur les genoux. Un couvercle figure la tête. Les personnages, de sexe féminin ou masculin, sont assis sur des tabourets. Les urnes en forme d'animaux sont oblongues, présentent une ouverture au niveau du dos et sont munies de quatre pieds. Elles présentent un décor de lignes géométriques et des restes de peinture blanche, jaune, rouge et noire. Les urnes Guarita ont un corps cylindrique et une base large. Elles représentent des figures humaines schématiques dont les bras, les jambes et le visage sont légèrement saillants. Un couvercle représente la tête ou la coiffe.
Les urnes Cunani sont de petite taille. Elles ont un corps cylindrique assez globulaire et une large ouverture. Des décorations géométriques, incisées et peintes en blanc et en rouge, représentent des êtres humains schématiques dont le visage se situe au niveau du col du vase et les bras et les jambes au niveau de la panse. La base de ces urnes présente parfois des orifices.

 

--Urgence de la situation  
 

L'immensité et l'inaccessibilité de la jungle amazonienne rendent difficiles le repérage des sites, ainsi que les explorations ou les fouilles scientifiques. Il est possible que de nouveaux cimetières contenant un style d'urnes différent n'aient pas encore été découverts. Cette situation encourage le pillage et le trafic illicite. Sur l'île de Marajó, qui comme les autres sous-zones est une vaste étendue, il suffit de cultiver la terre pour trouver des urnes. Dans ces conditions, il est extrêmement difficile de récupérer et de veiller sur ces objets.
Depuis les années 1970, ces urnes sont disponibles sur le marché. Etant très prisées en raison de leur particularité et de leur rareté, elles font l'objet de recherches dans la zone amazonienne.
Les urnes sont vendues chez des antiquaires ou sur Internet au niveau international. Nombre d'entre elles font partie de collections privées au Brésil et ne sont pas légalement répertoriées, ce qui facilite le trafic illicite de ces pièces.

 

--Législation protégeant ces objets  
 

Voir Brésil, Colombie, Equateur et Venezuela

--Bibliographie  
 
  • McEwan, Colin, Barreto, Cristina & Neves, Eduardo (eds.). Unknown Amazon. London, British Museum Press, 2001.
  • Meggers, Betty J. & Evans, Clifford. Archaeological Investigations at the Mouth of the Amazon.Washington, D.C., Smithsonian Institution Bureau of American Ethnology, Bulletin 167, 1957.

Top

 

 


Introduction I Legislation I Remerciements I Bibliographie générale I Exemple précédent I Exemple suivant
Page d'accueil Liste Rouge I Site Web ICOM

janvier 2004