Introduction I Sommaire I Exemple précédent I Exemple suivant

OBJETS PRECOLOMBIENS
Céramique - Poteries


 

Vases polychromes mayas

Origine I Caractéristiques I Urgence de la situation I Législation I Bibliographie

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Vase polychrome maya,
céramique, 15.5 x 16.5 cm
Vase polychrome maya, céramique,
hauteur : 12.5 cm
Vase polychrome maya, céramique,
hauteur : 30.5 cm
Vase polychrome maya, céramique,
diamètre : 29.2 cm
  © Museo Nacional de Arqueología y Etnología Guatemala © Stuart Rome © Stuart Rome © Stuart Rome

--Origine  
 

Belize, Guatemala, Honduras et Mexique.

--Caractéristiques  
 

La culture maya s'étendait sur un vaste territoire, comprenant la péninsule du Yucatan et l'état du Chiapas au Mexique, l'ensemble du Guatemala et du Belize et l'ouest du Honduras.
La céramique fine polychrome maya a été découverte dans les sépultures de hauts dignitaires datant de la période classique (250 à 850 apr. J.C.).
Les formes et les styles sont très variés. Les vases les plus répandus sont ceux en forme de cylindre et de grandes assiettes qui peuvent être munies d'un pied et d'un couvercle. Les vases cylindriques mesurent de 12 à 30 cm de haut et les assiettes ont un diamètre allant de 20 à 30 cm.
Les décors sont peints sur une couche de stuc blanc ou beige, ou bien sur un fond orangé. Des lignes noires ou des incisions dessinent les motifs. Le rouge et l'orange, qui varient en intensité, sont les couleurs les plus employées, avec différentes tonalités de blanc, beige, noir, rose et bleu.
Sur les vases les plus anciens, les décors sont peints en rouge et en noir sur un fond orangé. La décoration est parfois modelée et saillante.
Les vases les plus connus et prisés sont ceux décorés de scènes, de figures humaines et d'inscriptions. Les sujets les plus fréquents sont les cérémonies religieuses et politiques. On y voit généralement un personnage principal, un haut dignitaire richement vêtu, qui est représenté debout ou assis, les jambes croisées, sur un trône ou une banquette cérémonielle. Il est accompagné de personnages secondaires, tels que guerriers, serviteurs ou prisonniers, qui sont le plus souvent debout.
Des inscriptions hiéroglyphiques sont fréquemment intercalées entre les personnages pour expliquer la scène. Il existe un groupe de vases, dits " de style codex " qui comportent des inscriptions en noir sur fond beige, semblables à celles qui apparaissent dans les codex et les stèles. .

 

--Urgence de la situation  
 

Les vases sont une source d'information majeure sur l'histoire et la culture maya. Ils sont indispensables à notre compréhension du monde mythologique maya, de son idéologie et de son système de croyances. Ils peuvent également décrire des événements auxquels ont participé les personnages représentés, fournissant ainsi des données historiques.
Un seul vase peut fournir des informations inestimables sur la vie et les fonctions du défunt dont il partage la tombe. Sorti de contexte funéraire, et méconnaissant son origine géographique, il ne perd la majeure partie des informations qu'il renfermait.
La commercialisation de ce type de céramique, qui s'est développée aux alentours de 1970, a entraîné de nombreux pillages et un trafic illicite de ces pièces. Sans compter les conséquences catastrophiques pour les sites archéologiques : en creusant des tunnels dans les édifices, les pilleurs ont non seulement détruit des monuments et des tombes mais aussi entravé à jamais la reconstruction de l'histoire.

 

--Législation protégeant ces objets  
 

Voir Belize, Guatemala, Honduras et Mexique

 

--Bibliographie  
 
  • Gallenkamp, Charles, & Johnson, R.E. Maya,Treasures of an Ancient Civilization. New York, Abrams, 1985.
  • Schmidt, Peter, Garza, Mercedes de la, & Nalda, Enrique (coord.). Maya. New York, Rizzoli ed., 1998.

Top

 

 


Introduction I Legislation I Remerciements I Bibliographie générale I Exemple précédent Exemple suivant
Page d'accueil Liste Rouge I Site Web ICOM

janvier 2004