ICOM

Recherche avancée                    
 

Qu'est ce que l'ICOM

Organes de direction

Comités

Adhérer à l'ICOM

  Activités
  Calendrier
  Journée Internationale des Musées
  Conférences générales
  Trafic illicite des biens culturels
  Création-renforcement des compétences
  Implication des communautés
  Tourisme culturel
  Patrimoine immatériel
  Gestion des risques

Ressources












 
  NOUS CONTACTER
  PLAN DU SITE
  LISTES DE DISCUSSION
 


 

Proposition pour une Charte des principes pour les musées et le tourisme culturel

ICOM Proposition pour une Charte des principes pour les musées et le tourisme culturel


INTRODUCTION

Conformément au Code de déontologie de l'ICOM, les musées, en tant qu'institution sans but lucratif au service de la société et de son développement, doivent, entre autres missions :

  • Encourager la participation active des communautés et assumer des fonctions d'éducation et de médiation culturelle auprès d'un nombre toujours croissant de visiteurs appartenant à tous les niveaux de la communauté, de la localité ou du groupe social ;
  • Jouer un rôle prépondérant dans les efforts déployés pour mettre fin à la dégradation des ressources culturelles et naturelles, dans le cadre des principes, normes et objectifs des politiques nationales et internationales mises en ouvre pour la protection et la mise en valeur du patrimoine culturel ;
  • Garantir que les ressources financières résultant de politiques ou de relations économiques ne compromettent pas les principes, normes et objectifs du musée.

En outre, le musée doit faire en sorte que ses professionnels :

  • Mènent une action appropriée de protection du patrimoine en général, de conservation et de recherche des collections du musée en particulier ;
  • Respectent le principe selon lequel les musées exercent une responsabilité publique dont la valeur pour la communauté est directement proportionnelle au bien-fondé de leurs objectifs ;
  • Favorisent la connaissance et la gestion du patrimoine culturel, non seulement auprès de leurs collègues, mais auprès des membres de la communauté concernée, avec le tact et le respect dus à la dignité humaine de tous les peuples ;

L'éthique du tourisme culturel fait obligation à tous les acteurs concernés d'offrir au visiteur des possibilités de découvertes enrichissantes en même temps que l'agrément d'un temps de loisir. Il doit être encouragé à se mêler à un environnement social étranger pour lui, mais qui l'invite à participer à la vie de la communauté hôte et à découvrir sa culture. Pour y parvenir, il importe que tout le personnel soit formé, des agents participant aux activités des musées au personnel culturel et aux professionnels du tourisme, et en particulier tous les intervenants concernés par la conservation du patrimoine culturel, ses principes, normes, objectifs et exigences.

Le tourisme culturel est lié au patrimoine en ceci qu'il repose sur l'ensemble des contributions d'une culture, d'un peuple ou d'une communauté, dont les expressions culturelles portent témoignage de leur identité propre. Ce lien est unique, exceptionnel, et constitue une ressource non renouvelable. Le patrimoine culturel ne peut devenir ni un produit de consommation, ni l'objet d'un contact purement superficiel pour le visiteur. Si une certaine identification est possible, le visiteur, mieux à même de mesurer la valeur du patrimoine et la nécessité de le protéger, deviendra l'allié des musées.

Les musées se classent en différentes catégories selon la nature de leurs collections. Plus les publics qu'ils attirent sont divers, plus forte est leur fréquentation. Curieux de nouveauté et d'originalité, les touristes accordent leur préférence à des musées qui illustrent l'histoire, la culture et les traditions du pays qu'ils visitent.

PRINCIPE N° 1
Les musées constituent une ressource importante pour le tourisme culturel en raison de leur fonction de médiateurs culturels, de la diversité de leurs collections, de la variété de leurs statuts (public ou privé, national, régional ou local) et de leurs caractéristiques de pluralité, de singularité, de liberté, de flexibilité et de potentiel de création.

  • La législation de promotion d'un tourisme qui s'accompagne d'investissements et d'interventions dans des zones d'intérêt patrimonial doit garantir la primauté de la conservation du patrimoine culturel et naturel sur les intérêts économiques lorsqu'il existe un risque de dommage irréversible.
  • La coopération entre les institutions muséales, les institutions touristiques et les communautés doit être encouragée et organisée.
  • Il convient de rechercher la cohérence législative nécessaire à la défense du patrimoine et du développement touristique, en prenant en considération la coexistence des différents niveaux d'exercice de l'autorité publique et la diversité des secteurs sociaux concernés. La participation de représentants des communautés locales doit être particulièrement encouragée.
  • Les musées devront privilégier l'autogestion dans un but de redistribution à la communauté des bénéfices socio-économiques du tourisme culturel. Il est incontestable, en effet, que le développement touristique est producteur de ressources ; correctement administrées, celles-ci peuvent bénéficier directement aux institutions du patrimoine et aux communautés parmi lesquelles elles se trouvent.

PRINCIPE n° 2
La relation d'interaction qui s'exerce entre le tourisme et les musées est de nature à affecter la conservation du patrimoine naturel et culturel, y compris celui représenté par les collections et les valeurs qu'elles transmettent. Cette relation doit maintenir une éthique de la conservation qui garantisse la pérennité des objets.

  • Les biens du patrimoine culturel sont uniques et irremplaçables ; leur authenticité possède une valeur reconnue, et leur disparition ou leur détérioration représente une perte pour la culture universelle. Un tourisme responsable et durable réduit l'impact sur les biens culturels et les détériorations au minimum.
  • Les caractéristiques du patrimoine culturel exigent des professionnels des musées, des voyagistes et des visiteurs qu'ils fassent preuve de responsabilité morale et éthique. C'est pourquoi les programmes orientés vers la conservation préventive doivent être prioritaires.
  • La planification du tourisme culturel doit, en premier lieu, évaluer l'impact de la fréquentation et prévoir la régulation de l'usage touristique du musée. Ces études doivent tenir compte des principes conceptuels et programmatiques appropriés préalablement approuvés par les secteurs concernés. C'est en se fondant sur ces principes que l'on relèvera le défi de l'utilisation des ressources du patrimoine à des fins touristiques.

PRINCIPE n° 3
En matière de tourisme culturel, les musées doivent promouvoir la participation active des communautés locales à l'organisation de la gestion du patrimoine comme à celle de l'exploitation touristique.

  • Les biens culturels sont indissociables des communautés d'où ils proviennent et qui leur confèrent une signification historique. Les musées se doivent de favoriser l'identification, la mise en valeur et la conservation de ces objets comme de l'environnement auquel ils appartiennent ; pour pouvoir exercer et défendre leurs droits individuels et collectifs, il est essentiel que les membres des communautés et groupes sociaux concernés soient associés à cette action.
  • La communauté doit être associée aux différentes étapes de conception, d'organisation, d'exécution et de suivi des activités tendant à utiliser le patrimoine culturel à des fins touristiques. Pour ce faire, la reconnaissance de l'identité culturelle et l'amélioration des conditions de vie des groupes sociaux participant à l'événement culturel considéré sont également nécessaires.
  • La symbiose socio-culturelle entre activité touristique et ressources du patrimoine, avec la participation libre et démocratique de nombreux secteurs de la société, est une garantie de qualité des services touristiques, d'authenticité des produits proposés aux visiteurs et de support réel des événements culturels.
  • Les musées doivent encourager les communautés à gérer leur patrimoine culturel et à acquérir la formation nécessaire.

PRINCIPE n° 4
Une relation harmonieuse entre les musées et le tourisme culturel ne doit négliger aucun des aspects constitutifs du musée : infrastructure, qualité de la collection, systèmes d'information et de communication, activités éducatives et d'exposition, personnel, relations avec le milieu environnant.

  • Les musées doivent être conçus pour tous et non pas seulement pour les touristes, même si ceux ci représentent une part importante de leur public. Dans l'exercice de leur fonction sociale, ils doivent proposer des occasions agréables de se cultiver et de communiquer. À cette fin, il est nécessaire que l'information présentée soit aisément compréhensible, réduise au minimum les barrières linguistiques et facilite la communication ; que le personnel dispose d'une formation adaptée, tant à ses tâches muséologiques qu'à l'accueil des visiteurs ; que la collection soit sélectionnée et conservée de façon appropriée, avec les technologies disponibles les plus récentes.
  • Le tourisme doit être un moyen enrichissant d'employer ses loisirs, dans des conditions de temps et de lieu qui rompent avec l'ordinaire. Les musées devront créer des conditions qui permettent à chacun d'effectuer la visite à son rythme et agréablement. Il est important de prévoir des parcours touristiques utilisant des programmes temporaires et organisés suivant un calendrier qui les rende accessibles tant aux populations locales qu'aux touristes étrangers.
  • Les musées et le tourisme culturel doivent encourager l'interaction entre les visiteurs et la communauté hôte, dans un cadre respectueux des valeurs et de l'hospitalité de celle-ci.

PRINCIPE n°5
Du point de vue économique, la commercialisation d'un tourisme culturel fondé sur les ressources du patrimoine doit intégrer la rentabilité dans ses dimensions économique, sociale et environnementale.

  • L'organisation de projets culturels à partir des musées et du tourisme culturel doit obéir à des stratégies commerciales compatibles avec le caractère propre des ressources culturelles et de la communauté hôte.
  • La responsabilité de préserver le patrimoine confié à la garde des musées transcende tous les échelons d'autorité administrative pour devenir responsabilité de la nation elle-même. Cela ne dispense pas les musées d'élaborer leurs propres mécanismes de recherche de mécénat et de financements alternatifs, ni d'essayer de devenir des institutions rentables, capables de dégager des ressources sans déroger à leurs principes, et proposant un produit authentique qui tire sa force de leur caractère exceptionnel et porteur d'identité.
  • La participation des musées aux circuits touristiques, qui suppose de concevoir et de fournir une offre culturelle complémentaire, en fait en outre des éléments à part entière du réseau d'attractions touristiques de chaque site. Les musées peuvent également être des points de rencontre ou des points de départ pour d'autres itinéraires ou services : sites d'intérêt touristique, restaurants, transports, artisanat, etc.
 
 
   
Updated: 28 June 2005