1999 "Plaisirs de la découverte"

Journée Interantionale des musées 2000Retour à la Journée Internationale des musées Sommaire

Une multitude de plaisirs et de découvertes ! Cette 22ème Journée internationale des musées a vu tous les types de musée ouvrir leurs portes à tous les types de visiteurs, jeunes et vieux, du monde entier, qui sont venus explorer, apprendre, s'inspirer, apprécier. Plus de 40 pays ont envoyé des comptes rendus sur les manifestations qui ont été organisées et leurs préparatifs, et le 18 mai 1999 a été le témoin d'une gigantesque participation dans le monde - plus de 2 000 personnes pour ce seul jour à la Barbade !

Les plaisirs de la découverte

Dans les documents envoyés aux membres de l'ICOM, une définition du musée précise qu'un musée est "une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public et qui fait des recherches concernant les témoins matériels de l'homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserve, les communique et notamment les expose à des fins d'études, d'éducation et de délectation."
Cette année, l'accent était mis sur les plaisirs de la découverte, aspect que Jacques Perot, président de l'ICOM, a souligné en comparant l'expérience du visiteur dans un musée à celle d'un voyage où il y a toujours un angle nouveau et insoupçonné à explorer. A en juger par le succès de la Journée internationale des musées de 1999, les objectifs des musées d'être à la fois passionnants et agréables ont été pleinement atteints.
Le siège de l'ICOM avait envoyé cette année à tous les membres institutionnels et Comités des autocollants pouvant être utilisés en plus de leur propre publicité. Les Comités nationaux de l'ICOM ont fait paraître des communiqués de presse pour bien informer de la Journée internationale des musées, ils ont fait imprimer des affiches destinées à une grande distribution, organisé des conférences de presse et réservé des créneaux de passage à l'antenne à la radio et la télévision. Pour bien fait connaître cette journée, ICOM-Botswana, inventif, a fait réaliser des autocollants, des prospectus, des affiches et des oriflammes, et ICOM-Andorre a créé des marque-pages vivants et une série de cartes postales spéciales illustrant le patrimoine culturel de l'Andorre.
Bien que la Journée internationale des musées soit conçue comme une manifestation d'un seul jour, se passant le 18 mai de chaque année, de nombreux pays ont prolongé les festivités de celle-ci en les associant à celles de la Semaine nationale des musées ou en les intégrant à des projets en cours. Une grande majorité des musées étaient gratuits ce jour-là et beaucoup ont prolongé leurs horaires d'ouverture, organisé des visites gratuites, des escapades dans les coulisses, des causeries, des conférences, des circuits et des projections..
Mais pour donner une idée précise de l'imagination des participants et des nombreux plaisirs et découvertes apportés par cette Journée internationale des musées, une étude aléatoire des comptes rendus des membres de l'ICOM donne ceci : le Musée géologique de Mexico (Mexique) a organisé un concours sur le thème "construisez votre propre dinosaure" dans le cadre des manifestations qui ont duré une semaine ; pour les courageux, un safari des abeilles a été mis en place par l'Economusée du miel de Château-Richer, Québec (Canada) dans le cadre de sa quinzaine des manifestations ; les visiteurs pouvaient savourer les produits d'une démonstration de différents styles de cuisine au Musée d'ethnographie de Genève (Suisse) ; en Inde, ils pouvaient assister à la découverte d'un site web lors d'une séance de "cyberécole", visiter les sites architecturaux à bicyclette au Luxembourg ou participer à un atelier de consultation des arbres généalogiques en République Tchèque. En bref, qu'il s'agisse d'astuces pour la lutte au corps à corps à Moscou, d'un carnaval des sports organisé par ICOM-Malaisie ou d'enfants se déguisant en chevaliers au Musée de Schloss Brake en Allemagne, l'imagination n'a jamais manqué.

Des danses traditionnelles à la poésie moderne et jusqu'aux tout nouveaux musées

Entre les mains des artistes, des animateurs d'ateliers et des conservateurs, le musée a été le site de festivités et de redécouverte d'un patrimoine peu connu, et le lieu où ont été explorées les cultures de l'avenir : la République Centrafricaine, qui célébrait pour la première fois la Journée internationale des musées, avait organisé des représentations de danses traditionnelles - tout comme l'a fait ICOM-Singapour - ainsi que des présentations d'artisanat ; au Niger, des démonstrations de la lutte " Kata " traditionnelle ont été organisées par les clubs ; le Musée de Nairobi (Kenya) a accueilli des conteurs traditionnels africains et un concert dédié aux employés du musée a eu lieu au Musée Janis Akuraters de Riga (Lettonie).
La Jordanie a ouvert au public ses collections archéologiques ; le Musée de Chypre a représenté sur des affiches les récentes découvertes faites par le Département des Antiquités et les Missions archéologiques étrangères ; Le Musée national "Moldova" à Iasi (Roumanie) a présenté une importante exposition archéologique comportant plus de 400 pièces de céramique peinte de la culture ancienne Cucuteni de la région, cette exposition étant le fruit de nombreuses années de travail de toute une équipe pluridisciplinaire d'archéologues, de géologues, d'anthropologues et de conservateurs.
Les visiteurs pouvaient aussi découvrir un nouvel artiste ou écrivain, par exemple au Musée du palais Jamaï à Meknès (Maroc) où fut inaugurée une exposition de deux peintres marocains. En Slovaquie, les trois jours de festivités au Musée littéraire slovaque de Martin ont comporté une exposition sur une poétesse très connue du 20ème siècle, des rencontres avec des écrivains slovaques et des interprètes de la littérature spirituelle, des causeries et des représentations du Théâtre de Marionnettes. Le Centre Culturel de la Banco do Brazil à Rio de Janeiro (Brésil) a produit une série novatrice de conférences interdisciplinaires intitulée " Fétiche ", sur le fétichisme dans le cinéma, les arts, la publicité, la littérature, la mode, la religion ...
La Journée internationale des musées avait aussi été choisie pour des manifestations spectaculaires et attendues depuis longtemps comme l'inauguration de nouveaux musées : un "Musée du Temps" à Torre das Cabaças, Santarem (Portugal), un "Musée de la Vie" à Rio de Janeiro (Brésil) et le nouveau Musée Ethnographique (faisant partie du Musée National d'Helsinki) en Finlande.
Des musées rénovés ont à nouveau ouvert leurs portes au public comme le Musée juif d'Athènes (Grèce) ou le Musée d'Ethnologie à Porto (Portugal), fermé depuis 1992. Un nouveau site web sur les musées ( ICOM-Danemark) a aussi accédé pour la première fois à l'espace virtuel à l'occasion de la Journée internationale des musées.
De nouvelles collections ont aussi été présentées : par exemple le Musée de San Telmo, Saint-Sébastien (Espagne) a exposé la donation J. J. Esteban Martin comportant des oeuvres de 17 artistes basques et d'un peintre catalan. Le public pouvait aussi découvrir des édifices ou des travaux peu visités ou des ouvres récemment restaurées comme les esquisses préparatoires des fresques perdues du Palais Ducal de Gênes (Italie).

Promotion de liens internationaux

Certains membres de l'ICOM ont vu dans le thème "Plaisirs de la découverte" l'occasion de développer des liens internationaux, de promouvoir différentes expériences du monde muséal et d'explorer des perspectives moins connues en invitant des conférenciers d'autres pays.
ICOM-Malaisie, pays dans lequel plus de 80 musées ont participé aux festivités qui ont eu lieu sur l'île de Langkawi, avait invité des conférenciers australiens et philippins, ICOM-Irlande avait invité le Directeur de Naturalis aux Pays-Bas à prononcer le discours d'ouverture de la Journée et le Musée des cultures non européennes "Dinz Rialto" de Rimini (Italie) a consacré la Journée internationale des musées aux ouvres et à la culture de l'Equateur.
ICOM-Costa Rica a travaillé avec la Texas Tech University pour examiner les politiques et la stratégie du Museo Integral de Cultura e Identidad Nacional (MINCI) affilié au Centro de Investigacion en Identidad y Cultura Latinoamericanas (CIICLA). Le Musée National et l'Université du Costa Rica ont organisé un cours homologué de trois jours pour le personnel des musées, intitulé "Introduction à la muséologie" et traitant de l'histoire du concept du musée dans le monde, de la communauté internationale des musées, de la culture matérielle et d'autres sujets. Le thème de chaque journée était accompagné d'une exposition spécialement préparée à cet effet et d'exercices ciblés. Les festivités de la Journée internationale des musées organisées par le Costa Rica ont duré quinze jours et ont coïncidé avec le 112ème anniversaire du Musée National.
L' ICOM du Pérou a fait progresser plus encore ces liens interculturels en établissant avec l'Equateur les grandes lignes d'un projet novateur d'échange d'expositions (d'artisanat, de photographies, etc.).

Débat et éducation.

La journée, la semaine ou même plus a aussi été consacrée à des échanges de vues sur les questions générales touchant les musées : ICOM-Rwanda avait organisé des débats sur le patrimoine et le développement. Il y eut aussi une discussion sur un livre de l'économiste camerounais Etounga Manguele, organisé en partenariat avec le Centre culturel français, intitulé "L'Afrique a-t-elle besoin d'un programme d'ajustement culturel?". En Equateur, une table ronde a été organisée sur la "Contribution des musées en période de crise", à propos du rôle actuel du musée dans son contexte sociopolitique spécifique. La question du musée comme centre d'acquisition de connaissances et d'éducation non formelle a elle aussi été examinée.
A Taiwan, la Journée internationale des musées a été intégrée dans le projet "Apprendre tout au long de la vie" au Musée national des sciences naturelles. La Campagne nationale en faveur de l'éducation patrimoniale a été lancée au Brésil à l'occasion de la Journée internationale des musées. Cette campagne conçoit le patrimoine comme faisant l'objet d'un processus continuel d'expérimentation et de découverte et elle implique un partenariat avec les écoles, les institutions s'occupant des monuments et sites historiques et archéologiques ainsi que les musées. Le Centre national des Sciences de Delhi (Inde) a annoncé son passionnant nouveau programme itinérant destiné aux écoles des villages situés dans les zones rurales des Etats du nord de l'Inde. ICOM-Côte d'Ivoire a organisé une table ronde sur les projets éducatifs du Musée des Civilisations de la Côte d'Ivoire et ICOM-Mexique a tenu des débats sur les relations entre le musée et l'Etat, le rôle des musées communautaires et les différentes manières suivant lesquelles les visiteurs peuvent découvrir l'histoire locale et nationale. A ce propos, le Musée de Guarda (Portugal) a utilisé comme objet historique l'édifice abritant le musée qui avait été naguère un séminaire, révélant ainsi une histoire plus longue allant du XVIIe siècle jusqu'à nos jours.
Au Musée régional d'archéologie et de préhistoire de Martinique, la présentation de l'archéologie marine a, de la même manière, donné une autre version de l'histoire de l'île. Le Musée d'histoire culturelle de Randers (Danemark) a, quant à lui, présenté une nouvelle perspective sur l'évolution historique en retraçant les voies divergentes suivies par deux amis nés à Randers à la fin du siècle dernier.

La diversité et la créativité des projets réalisés pour la Journée internationale des musées, l'attachement résolu des organisateurs à une vaste gamme d'activités et à une conception ouverte du musée comme site de potentiel créatif ainsi que comme gardien des cultures passées ont reçu un accueil enthousiaste : le nombre de visiteurs a généralement été élevé et les plaisirs et les découvertes ont attendus tous ceux qui y ont participé.

Articles publiées dans: "Nouvelles de l'ICOM", Volume 52 - 1999 N°1&2


Email us
home page
Search