2001 "Les musées : construire les communautés"

Journée Interantionale des musées 2001Retour à la Journée Internationale des musées Sommaire

Le thème choisi pour cette année a été accueilli avec enthousiasme dans toutes les régions de la planète. Les comptes-rendus qui figurent ci-après montrent l'importance des communautés pour les membres de l'ICOM, et l'intérêt que suscite cet évènement au sein des professionnels de musées.

Le concept de " construire les communautés " s'adapte particulièrement bien aux musées ; il souligne l'importance de leur rôle social et fait référence à la définition du musée comme institution permanente au service de la société et de son développement. Le thème de cette année a été interprété de diverses manières et les exemples qui suivent vous donneront, nous l'espérons, une idée de la portée de cet événement.

De nombreux pays, notamment la Suisse et laRussie, ont célébré l'occasion en offrant des entrées gratuites aux musées et aux expositions et en organisant des portes ouvertes. De plus, diverses réunions et assemblées générales avaient été prévues à cette même date. A la Barbade, la journée portes ouvertes du Comité national de l'ICOM s'est déroulée pendant la semaine sur le patrimoine culturel ; au Cameroun, au cours de l'assemblée générale du Comité national, des conférences ont été consacrées au thème de la Journée et une visite du musée de Douala a été organisée. En Autriche, au musée du château de Linz, un symposium de spécialistes s'est réuni pour débattre du contexte social actuel de l'institution muséale, en mettant plus particulièrement l'accent sur le nouveau rôle économique des musées et sur la difficulté, pour les professionnels de musées, de faire face à la diversité des demandes. Le Pérou a organisé, sur une période d'un mois, un programme de conférences et de visites dans tout le pays, mettant en valeur l'importance du rôle de " catalyseur " que jouent les musées dans la culture et l'intégration nationale. A Hong Kong, un " Panorama des musées " a obtenu un vif succès ; il s'est accompagné d'événements à caractère éducatif, universitaire, mais aussi récréatif. Au Brésil, la SEM, représentant des musées nationaux, a organisé plus de cinquante événements dans la région de Rio Grande do Sul, et notamment la troisième réunion du Comité national. Le programme a mis l'accent sur le phénomène de décentralisation et de démocratisation des connaissances, visant à préserver la mémoire culturelle et sociale du pays. L'ICOFOM (Comité international pour la muséologie) du Brésil a fait paraître, sur son site Web, une carte de voux où était inscrit " La solidarité c'est apprendre à travailler grâce aux différences. Heureuse Journée internationale des musées ! "

Pour la première fois, ICOM-Allemagne, l'association des musées allemands et certains musées régionaux, ont donné à cette Journée internationale des musées une portée nationale en organisant une conférence de presse et en publiant une affiche spécialement conçu pour cette occasion. La Croatie a également réalisé un poster original ; l'Espagne a publié un poster et une brochure détaillée développant le thème de la Journée et, à Badalona, on a tout spécialement ouvert des sites archéologiques habituellement fermés au public. Le Comité national de l'Iran a publié un catalogue donnant la liste de tous les événements prévus dans le pays pour cette Journée. La Bolivie a marqué l'événement en confectionnant une boîte de cartes postales représentant des pièces de la somptueuse exposition de textiles organisée dans le cadre du musée national d'ethnologie et de folklore. La boîte contenait également des textes situant le thème de la Journée dans le contexte bolivien, notamment en expliquant comment les textiles, fabriqués par les communautés locales, sont des objets quotidiens et rituels qui jouent, de ce fait, un rôle de cohésion sociale et de fédérateur de l'identité nationale. Le musée des beaux-arts du Paraguay a organisé une exposition dédiée à " tous les musées du monde ", présentant la riche tradition de la céramique du pays, symbole de la mémoire collective du peuple paraguayen.

Malte a consacré ce 18 mai au " site historique de Bormla (Cospicua)". Une conférence a été organisée visant à émouvoir l'opinion publique sur la destruction irréparable du patrimoine de Bormla, sacrifié au profit d'un projet immobilier ; des propositions de préservation et de protection du site ont été présentées aux professionnels du patrimoine national et au public.

Aux Etats-Unis, l'association des musées américains (AAM) a financé l'organisation d'un grand repas international auquel chaque membre du personnel devait participer en faisant preuve de sa créativité culinaire.

Les îles Caïmans se sont attachées à exposer leur artisanat et arts traditionnels et ont organisé une série d'expositions dans les locaux du musée national, notamment en présentant les ouvres des " enfants du pays " et une collection de meubles entièrement sculptés en bois de la région par l'artiste autochtone Wilbanks Miller. Les membres de la communauté de la région du Nord ont également participé en présentant leurs réalisations artisanales et en organisant des spectacles musicaux, des repas traditionnels et en contant des histoires de leur région.

En Malaisie, toutes les manifestations ont eu lieu dans le cadre du musée de Sabah et étaient destinées à tous les publics : une fête du sport, un petit marathon (Muziumthon), un concours artistique pour les enfants des écoles, une " chasse au trésor " et un prix décerné aux familles visitant le musée. Les organisateurs, avec la collaboration des anciens du village, ont choisi Kampong Rapak à Ranau comme village adoptif de l'année.

En République tchèque, le musée national de Prague a organisé de nombreux événements de toute nature, notamment un spectacle de marionnettes et des démonstrations de techniques artisanales anciennes, en particulier le travail de la dentelle et le tissage de poupées en paille. Les musées régionaux ont également participé activement ; le musée de Moravie a présenté aux visiteurs des expériences de séparation d'ADN, et, dans la réserve zoologique de Budisov, les enfants ont fait office de guides.

Au Canada également les enfants étaient à l'honneur, un site Web avait été spécialement conçu pour eux, simulant une chasse au trésor interactive et bilingue, destinée à la découverte du monde virtuel de 23 musées ; d'autre part, les auditeurs de la BCB étaient appelés à adresser une histoire décrivant les pièces qu'ils souhaiteraient voir présenter dans les collections d'un musée virtuel.

La future génération de visiteurs de musées a aussi eu fort à faire au Zimbabwe, notamment en participant à des fouilles archéologiques mises en place à leur intention et à un jeu de questions-réponses organisé au niveau national. La musique traditionnelle marimba et mbira a été très largement présente au cours des diverses cérémonies.

A Cape Town, en Afrique du Sud, le musée des sciences de l'éducation, situé au sein du centre de formation aux méthodes de conservation, a traité le thème de cette Journée de façon très originale en organisant une exposition intitulée " Des insectes pour l'Afrique ", basée sur l'idée qu'effectivement, de nombreuses espèces d'insectes vivent en communautés. L'événement a été annoncé par des prospectus et des posters ; des fiches techniques ont également été rédigées à cette occasion. Le personnel du musée a imaginé une grande variété d'activités en relation avec les insectes, notamment l'impression de cartes avec des tampons représentant des insectes, des observations au microscope, la " fabrication " d'insectes à partir de matériaux de récupération, ou encore des activités ludiques à base de recherche de mots dans le domaine de l'entomologie.

Ces témoignages montrent toute l'énergie, l'enthousiasme et l'inventivité du personnel des musées dans le monde entier, qui font de cette journée un moment privilégié pour tous ceux qui y participent !

Articles publiées dans: "Nouvelles de l'ICOM", Volume 54 - 2001 N°4



Email us
home page
Search