ICOM
ICOM
In English

Recherche avancée                    
 

Qu'est-ce que l'ICOM

Organes de direction

Comités

Adhérer à l'ICOM

  Activités
  Calendrier
  Journée internationale des musées
  Conférences générales
  Trafic illicite des biens culturels
  Création-renforcement des compétences
  Implication des communautés
  Tourisme culturel
  Patrimoine immatériel
  Gestion des risques

Ressources












 
  NOUS CONTACTER
  PLAN DU SITE
  LISTES DE DISCUSSION
 


 

Journée internationale des musées


2001 "Les musées : construire les communautés"
International Museum Day 2001

DÉVELOPPEMENT - Un modèle de musée communautaire dans un village du Haut Atlas

Ali Amahan
Inspecteur, ministère des Affaires culturelles, Maroc. Vice-Président, ICOM-Maroc.

Le musée communautaire se développe actuellement aux quatre coins du globe et notamment en Afrique et en Amérique Latine. Il se différencie de l'institution muséale classique, dépassant le simple cadre de préservation et de mise en valeur du patrimoine culturel en l'enrichissant par l'apport direct de la communauté qui l'entoure. Il permet alors à tous les membres d'une communauté non seulement de réaliser leurs potentialités mais aussi de chercher des solutions aux problèmes de la vie quotidienne. L'Association Aït Iktel de Développement dans un village du Haut Atlas du Maroc en est un exemple significatif.

Le musée communautaire est aménagé dans une demeure désaffectée à l'intérieur du village des Aït Iktel, accessible à toute la population: les femmes, en l'occurrence, s'y rendent en toute tranquillité, non pas comme dans un lieu officiel, que la tradition réserve souvent aux hommes. Cet espace communautaire ne doit d'ailleurs pas être confondu avec un lieu public officiel. Il s'agit d'une institution créée avec les bénéficiaires et organisée par le groupe, différent ainsi des lieux publics que gèrent souvent les fonctionnaires citadins des services publics.
Ce lieu culturel comprend un espace réservé à la préservation du patrimoine (des collections d'objets culturels produits ou utilisés dans la région, des photographies, etc.), un espace réservé à la transmission du savoir ancestral et à la création (atelier de tapisserie), un espace de scolarisation (école informelle et espace d'alphabétisation), une salle d'animation et d'information, de débats, équipée du matériel nécessaire (T.V, magnétoscope, parabole, P.C, etc.) et une bibliothèque.
Ce musée permet de considérer les potentialités de la communauté comme un atout essentiel de développement, à travers son patrimoine institutionnel (systèmes d'organisation sociale, de mobilisation et de solidarité, etc.) et le savoir-faire ancestral, dans le domaine de la gouvernance des affaires communautaires "publiques" et dans celui de la technologie. A titre d'exemple, l'Association met en oeuvre la solidarité entre la communauté et sa diaspora (les émigrés), laquelle peut fournir des apports intellectuels et matériels nécessaires à la réalisation et à la gestion des projets.
Grâce au musée communautaire du village des Aït Iktel, l'Association a pu réaliser d'importants projets de développement: le forage et l'adduction d'eau potable ont permis d'avoir de l'eau en quantité suffisante pour toute la population, d'éradiquer certaines maladies enfantines (diarrhées, typhoïde, ...) et de permettre aux femmes et aux jeunes filles d'économiser leur temps et efforts. Par ailleurs, la construction d'un canal d'irrigation a permis de doubler l'espace irrigué ainsi que la production des cultures estivales, pendant la saison sèche, et d'introduire de nouvelles cultures plus rentables. L'équipement du village en électricité a permis d'avoir une bonne qualité d'éclairage et de diminuer la consommation du bois, la facture d'électricité étant nettement inférieure au coût de l'éclairage traditionnel utilisé au village avant la réalisation du projet. Cette économie a incité toutes les familles à équiper leur cuisine en butane et d'accéder aux médias, notamment à la télévision. En règle général, le musée tient compte des capacités et des compétences locales et le coût des projets est en adéquation avec le pouvoir d'achat des bénéficiaires.
L'aménagement et l'équipement d'un dispensaire local a permis d'éradiquer la mortalité des jeunes mères, de vacciner tous les enfants et les femmes en âge de procréer et d'introduire dans les moeurs le planning familial.
L'institution d'écoles informelles a permis de scolariser à 100% tous les jeunes âgés de moins de 21 ans, notamment les jeunes filles. Enfin, le centre d'information et de formation a rendu possible l'organisation de séances de sensibilisation dans divers domaines (social, économique, santé, culturel), l'accès à une formation professionnelle pour les femmes et l'initiation des jeunes scolarisés à la lecture grâce à la bibliothèque. L'école, comme toutes les institutions traditionnelles, notamment l'école coranique, appartient à la communauté locale. Ainsi, chaque projet trouvant un ancrage dans la culture locale, le musée communautaire s'adapte à son environnement culturel, social et économique.

Ali Amahan
Ministère des Affaires culturelles,
1, rue Ghandi, Rabat, Morocco.
Tel. (212) 6317 6726. Fax (212) 3770 6941.
Email: aamahan@atlasnet.net.ma

 


Articles autour du thème:

ÉCHANGES - Les clés de la mémoire
INNOVATION - Les communautés du Cyber-Espace : le MUVA, Musée virtuel d'art El País
DÉVELOPPEMENT - Un modèle de musée communautaire dand un village du Haut Atlas
INTÉGRATION - Un hommage à l'histoire multiculturelle de l'Australie
PARTICIPATION - L'auto-partimonialisation d'une communauté

Articles publiées dans: "Nouvelles de l'ICOM", Volume 54 - 2001 N°1

 
 
   
Updated: 22 September 2005