Le Conseil international des musées (ICOM) est la principale organisation internationale représentant les musées et les professionnels des musées.
Voir ce message dans votre navigateur
 


E-newsletter juin 2016
 

Chers membres de l’ICOM, chers collègues de la communauté internationale des musées,

Les Conférences générales de l’ICOM sont pour les membres de l’organisation ainsi que pour les amis de celle-ci des événements de la plus haute importance. Milan 2016 nous offre de l’espace et du temps pour partager nos expériences et nos attentes, pour échanger autour du thème de cette édition, « Musées et paysages culturels », ainsi que pour aborder des questions telles que le plan stratégique de l’organisation ou l’activité florissante des musées. Milan 2016 verra également naître de nouvelles amitiés au sein de la communauté muséale.
J’invite donc chacun d’entre vous à la Conférence générale qui se tiendra dans quelques jours à peine, du 3 au 9 juillet prochain.
Nous aurons une pensée pour celles et ceux qui ne pourront pas participer à cet événement et ferons de notre mieux pour mettre les différents canaux d’information à jour régulièrement.
Je tiens à remercier les organisateurs de la Conférence générale, ICOM Italie et le Comité organisateur de Milan 2016, ainsi que le personnel de notre siège à Paris, pour la préparation de cette manifestation en cette année anniversaire qui célèbre les 70 ans d’existence de l’ICOM. Nous sommes conscients du travail que demande l’organisation d’un événement qui accueillera 3 000 invités. Mille grazie, Italia.
Mon second mandat en tant que Président de l’ICOM prendra fin à Milan. Je tiens donc à profiter de cette occasion pour remercier chacun d’entre vous pour avoir fait de ces six années passées à vos côtés une réussite. Je vous remercie d’avoir œuvré au développement de notre association et de notre profession. L’ICOM rayonne : quelques 8 000 nouveaux membres nous ont rejoints depuis Shanghai 2010, l’état de nos finances est stable, le soutien apporté au réseau de l’ICOM est de plus en plus fort et nous gagnons du terrain dans des régions où nous étions auparavant sous-représentés. Enfin, sur le plan international, nous exerçons notre mission de protection du patrimoine culturel de façon plus active.
Mon vœu le plus cher serait que vous, membres de l’ICOM, continuiez à coopérer de manière aussi efficace avec mon successeur et le nouveau Conseil exécutif et que vous développiez toujours plus le travail au sein des comités. Ces éléments sont essentiels pour que l’ICOM soit entendu comme la voix internationale du développement des musées à l’avenir, et que nous soyons perçus comme un défenseur respectable du patrimoine culturel dans les musées et au-delà.

Merci !
Hans-Martin Hinz
Président de l’ICOM

Une exposition pour célébrer les 70 ans de l’ICOM !

Au cours de ses 70 années d’existence, l’ICOM n’a cessé d’évoluer. Formée par un petit groupe de professionnels en 1946, l’organisation fédère aujourd’hui près de 36 000 membres, issus de milieux parfois très différents, mais rassemblés autour d’une problématique commune. L’exposition c vient rappeler certains des éléments qui constituent la nature de l’ICOM et du musée, et interroger sur le futur de cette institution. En 1946, le monde se relevait d’un conflit mondial et allait s’engager dans une longue guerre froide. Soixante-ans plus tard, si le monde n’a pas connu de nouveau conflit mondial, il n’a jamais semblé aussi proche d’affrontements généralisés. Quel peut être le rôle du musée et de l’ICOM dans ce contexte ?

L’exposition Where ICOM from constitue, en soi, un possible itinéraire permettant d’évoquer, sinon tous les aspects de l’ICOM (une mission impossible), du moins certaines de ses dimensions, en mêlant lieux, évènements marquants, personnalités attachantes, etc. Une histoire incomplète, qui ne constitue pas la version « officielle » de l’aventure de l’ICOM, mais plutôt une sélection de témoignages issus de ses archives, cherchant à montrer quelques-unes des dimensions de cette organisation.

Il est curieux que l’ICOM, se présentant comme le forum par excellence du champ muséal, n’ait pas plus souvent tenté de communiquer et de donner matière à réflexion par le biais de ce medium qui fait sa spécificité – l’exposition – plutôt que par des livres, des revues, des colloques ou maintenant un site Internet et les réseaux sociaux. S’il est bien une singularité du musée, c’est justement ce moyen de réflexion particulier, collectif, visant à présenter de manière spatiale des connaissances, par le biais d’objets, d’images, de son. On sait que la chose n’est pas facile : pour monter une exposition, il faut de l’espace, du temps et des moyens. Celle présentée à Milan n’a pas pour vocation de dresser un tableau exhaustif, mais d’amener chacun des visiteurs à s’interroger, au moins quelques minutes, sur les facettes de l’organisation qui nous réunit aussi bien que sur ce lieu tellement spécifique que constitue le musée.

Sur près de 235m2, l’exposition Where ICOM from retrace l’évolution de l’ICOM au cours de ses 70 années d’existence et interroge sur ses orientations futures. Une scénographie immersive associe des documents d’archives – incluant photographies, affiches et vidéos – pour illustrer la riche histoire de l’ICOM. Une large frise chronologique et une visualisation data de l’association montrent la croissance du réseau ICOM et les réussites de l’organisation au fil des années. Les principales activités de l’organisation et ses défis à venir sont abordés au travers des récits et points de vue personnels des membres de l’ICOM. Des dispositifs interactifs permettent aux visiteurs de participer à la discussion et de donner leur opinion.

Where ICOM from, 4-6 juillet, Blue Hall 2, aile Nord, niveau +1

Une nouvelle identité visuelle pour l’ICOM


Les logos de l’ICOM, toute une histoire !

Au fil de son histoire et de ses transformations l’ICOM a fait évoluer son identité visuelle. A quelques semaines de la révélation de sa nouvelle image, nous vous invitons à voyager dans l’histoire des différents logos de l’ICOM. Embarquons aujourd’hui pour la dernière étape de notre voyage dans le temps !

En 1992, l’ICOM engage une refonte complète de son identité. Dans un contexte géopolitique apaisé, marqué par la fin de la guerre froide, et face à l’importante croissance de ses membres, l’organisation aspire au changement. L’ICOM commande alors à l’agence M&M l’élaboration d’un nouveau logo, qui ne sera finalement utilisé qu’à partir de 1995. Ce nouveau visuel reprend la dominante bleue propre aux institutions internationales. Pour la première fois, l’acronyme ICOM est explicité en « Conseil international des musées », dans les deux langues d’abord, puis dans les trois langues officielles de l’ICOM à partir de 2001.

Ce nouveau visuel met en avant la complexité et la pluralité des acteurs qui forment à présent l’ICOM. La lettre « I », composé de petits segments parallèles, renvoie à la diversité des comités de l’ICOM. Le « O », élément central de cette identité, est mis en évidence par une virgule semi-circulaire. Le motif insiste sur l’universalité d’un réseau dont l’action rayonne et se diffuse dans le monde. La police, la typographie et la graisse sont ancrés dans leur époque, afin de faire de l’ICOM une organisation résolument moderne.

La couleur bleue, désormais ancrée dans l’imagerie « icomienne », restera dominante dans la nouvelle identité de l’association. Pour le reste… il faudra attendre le 6 juillet !
Rendez-vous à Milan pour assister à la révélation de la nouvelle identité visuelle à la Conférence générale de l’ICOM! Nous vous préparons de nombreuses surprises pour accompagner ce changement. Soyez prêts !

Tous les chemins mènent à Milan

Nous aurons le plaisir d’accueillir cinq intervenants, artistes, penseurs, hommes et femmes d’action, reconnus dans le monde entier. Chacun d’entre eux représente un domaine de spécialité différent mais tous partagent les idéaux de l’ICOM. Au cours de la cérémonie d’ouverture, qui aura lieu le matin du lundi 4 juillet, des discours seront ainsi prononcés par Orhan Pamuk, romancier turc lauréat du prix Nobel, ainsi que par Christo, artiste reconnu pour ses œuvres environnementales créées avec sa défunte partenaire, Jeanne-Claude (1935-2009). Le lendemain matin, ce sera au tour de Michele de Lucchi, architecte italien majeur ayant pris part à des mouvements tels que Cavart, Alchimia et Memphis, de prendre la parole. La ministre zambienne du Genre et du Développement de l'enfance Nkandu Luo prononcera également un discours ce jour-là. Enfin, au cours de la matinée du mercredi 6 juillet, nous assisterons à la présentation de David Throsby, économiste de la culture australien, de l’université Macquarie de Sydney.

Au cours de l’après-midi du mardi 5 juillet se tiendra une autre manifestation du plus grand intérêt pour la communauté ICOM : les Conférences commémoratives de l’ICOM, nées en 2007, lors de la Conférence générale de Vienne. Soutenue à la fois par ICOM Autriche et les comités internationaux pour l’action culturelle (CECA), la formation du personnel (ICTOP), l’échange d’expositions (ICEE) et la gestion des musées (INTERCOM), l’édition 2016 de cette série de conférences sera le théâtre d’échanges interdisciplinaires portant sur les questions d’actualité et les évolutions futures de notre domaine. À l’occasion du 70e anniversaire de l’ICOM, Bernice Murphy prononcera un discours intitulé « L’ICOM, 70 ans plus tard : une vision éthique de la nature, de la culture, du patrimoine et de la mission sociale permanente des musées ». René Rivard, lui, dirigera la quatrième conférence en hommage à Alma S. Wittlin, qui portera sur « Les musées et l’évolution des paysages culturels ». Enfin, Cristina Vannini, à la tête de la onzième conférence en hommage à Stephen E. Weil, abordera le thème suivant : « Revisiter le cabinet des curiosités de Weil ».

Pour terminer, ajoutons que trois tables rondes d’experts auront lieu, les après-midis du lundi 4 et du mardi 5 juillet et pendant la matinée du mercredi 6, juste après le discours introductif. La première discussion portera sur les implications pour les musées de la récente Recommandation concernant la protection et la promotion des musées et des collections, de leur diversité et de leur rôle dans la société de l’UNESCO, avec la participation de Francesco Bandarin, Tereza Scheiner et Paola Marini. François Mairesse animera cette table ronde. Lors de la deuxième discussion, dirigée par France Desmarais, Eric Dorfman, le ministre des Antiquités égyptien Khaled El-Enany et Markus Hilgert échangeront autour du thème de la lutte des musées contre le trafic illicite de biens culturels. La troisième discussion sera consacrée au rôle social joué par les musées à la lumière des nouvelles migrations. David Fleming, Robin Hirst, Marlen Mouliou et Giusi Nicolini figureront parmi les intervenants tandis que Brenda Emmanus animera les échanges.

Milan vit aussi la nuit

Chaque nouvelle Conférence générale est une occasion supplémentaire pour les participants de découvrir des lieux à la beauté étourdissante, lors des différents cocktails et activités organisés par l’ICOM. Cette année encore, de nombreuses surprises vous attendent. La cérémonie d’ouverture aura lieu le lundi 4 juillet au Castello Sforzesco, le célèbre château du 15e siècle situé dans le centre de Milan. À cette occasion, les participants auront l’opportunité de visiter le nouveau Musée de la Pietà Rondanini de Michel-Ange ainsi que les fresques de Leonardo fraichement restaurées dans la « Sala delle Asse» .

Lors des soirées des 5 et 6 juillet, des réceptions exceptionnelles ont été prévues. Le 5 juillet, le Musée National de la Science et de la Technologie ouvrira ses portes pour un événement public dédié à ICOM Milano 2016, une ouverture nocturne spéciale pour visiter les sections historiques et faire des expériences dans des laboratoires interactifs. Ce Musée est considéré comme le plus grand musée de sciences et de technologie d’Italie, un des plus grands d’Europe et du monde.

Le 6 juillet, les participants pourront assister à un concert gratuit au Duomo, la célèbre cathédrale gothique du 15e siècle de Milan. Les participants auront droit à une visite guidée gratuite du nouveau Museo del Duomo ainsi que des toits de la cathédrale, qui offrent une vue à couper le souffle sur les milliers de statues de marbre et le paysage urbain.

La cérémonie de clôture se tiendra quant à elle le samedi 9 juillet 2016 à la Triennale Palazzo dell’Arte. Les participants pourront visiter le Musée du Design de la Triennale, son parc et la 21e Exposition Internationale de la Triennale d’architecture, des arts visuels et décoratifs, du design, de la mode et de la production audiovisuelle.

La liste complète des évènements, ainsi que la carte et tous les détails concernant les horaires d´ouverture et autres informations utiles sont disponibles sur le site de la conférence (http://network.icom.museum/icom-milan-2016/social-events/evenements-sociaux/L/2/) et sont mis à jour régulièrement. Quelques évènements sont ouverts à un nombre limité de participants : accès dans la limite des places disponibles et sans réservation.

Autant de soirées qui sont comme des promesses de rencontres réussies et de moments inoubliables
Pour profiter au mieux de Milan, nous vous invitons à vous enregistrer en ligne pour la journée d’excursion, les évènements sociaux, les visites organisées pré- et post-Conférence !
Inscrivez-vous à la Conférence générale ICOM Milan 2016 (jusqu’au 1er juillet inclus) : http://network.icom.museum/icom-milan-2016/registration/how-to-register/
Vous pouvez aussi vous inscrire sur place. Différents tarifs seront appliqués.

Pour plus d’informations sur le programme de la Conférence générale :
http://milano2016.icom.museum
Arrivederci a Milano!

Les Nouvelles de l’ICOM fait peau neuve

Le magazine Les Nouvelles de l’ICOM passera bientôt à un nouveau format numérique. Ne manquez pas, dans les prochains mois, tous les détails du lancement de la nouvelle plateforme en ligne.

En attendant, nous publierons des articles des Nouvelles de l’ICOM sur notre site Internet ainsi que dans la newsletter mensuelle. En juin, nous vous emmenons à la Wellcome Collection de Londres pour découvrir les méthodes innovantes d’évaluation de l’expérience des visiteurs qui y sont pratiquées.

Si vous souhaitez apporter votre contribution, dès maintenant ou plus tard, merci de prendre contact avec Sara Heft :sara.heft@icom.museum

Photo: Salle de lecture, Wellcome Collection ©Wellcome Collection

Ils ont fait la une !

Tous les mois, retrouvez les posts facebook et twitter de l’ICOM les plus partagés sur les réseaux sociaux, ainsi que l’article le plus lu dans notre veille presse Scoop it.

Copyright © 2015 ICOM, Tous droits réservés. Se désabonner     Archives
Twitter Website Facebook Scoop it
Twitter Site web Facebook Scoop it