Le Conseil international des musées (ICOM) est la principale organisation internationale représentant les musées et les professionnels des musées.
Voir ce message dans votre navigateur
 


E-newsletter mai 2016
 

Pour son 39e anniversaire, la nouvelle édition mondiale de la Journée internationale des musées a été un véritable succès.

Comme chaque année, la communauté muséale mondiale a célébré la Journée internationale des musées (JIM) aux alentours du 18 mai, l'occasion pour les musées du monde entier de proposer des festivités originales et de réaffirmer leur raison d'être auprès de leurs visiteurs. Au programme, des activités, des événements, des visites gratuites le temps d’une journée, d’une soirée ou d’un weekend.

Lire la suite ici

MuseumNext 2016 : dialogues dublinois

L’accessibilité, l’inclusion, la collaboration et l’autonomisation ont figuré au cœur des échanges de la conférence MuseumNext qui s’est tenue du 18 au 20 avril dernier, à Dublin.

Les ateliers interactifs, les discours, les conversations et les discussions de groupe se sont révélés particulièrement utiles pour les musées souhaitant attirer de nouveaux visiteurs, impliquer le public et motiver leur personnel tout en gardant une situation financière stable.

Lors du premier jour de la conférence, les participants ont eu le choix : visites, discussions de groupes et ateliers étaient organisés aux quatre coins de la capitale irlandaise. Les événements organisés dans les institutions culturelles de la ville à l’occasion du centenaire de l’Insurrection de Pâques ont inspiré les musées, qui ont proposé au public d’assister à des manifestations de commémoration, similaires à celles qui ont eu lieu dans le reste de la ville, dans leur enceinte. Lar Joye, du Musée national d’Irlande, et Louise Lowe, de la compagnie de théâtre ANU Productions, ont mentionné leur projet commun primé, la pièce « Pals: the Irish at Gallipoli » (pièce mettant en scène des fusiliers irlandais s’entraînant à Collins Barracks - ancienne caserne militaire devenue depuis le Musée national d’Irlande, avant la Bataille des Dardanelles, N.d.l.T).

Le débat « Attirer des visiteurs de toutes les générations », a eu lieu lors du deuxième jour de la conférence. Les échanges ont porté sur les idées reçues qui entourent trois catégories de visiteurs difficiles à atteindre : les personnes âgées, les enfants et les jeunes adultes aussi appelés « génération Y ». Au cours de cette discussion, Francesca Rosenberg, directrice de la communauté, de l’accessibilité et des programmes scolaires du MOMA, a présenté Prime Time, un programme conçu pour augmenter le nombre de visiteurs plus âgés et pour répondre aux attentes de cette catégorie aux profils de plus en plus variés. Susan Evans McClure, du Musée national d’Histoire américaine, a tordu le cou aux idées reçues sur la génération Y. D’après elle, contrairement à ce qu’on pourrait croire, les jeunes sont aussi attachés aux expériences réelles et à l’authenticité que leurs aînés. Enfin, l’ancienne journaliste Dea Birkett a expliqué comment elle a su faire d’une expérience personnelle (elle a été invitée à quitter un musée à cause de ses enfants jugés trop « turbulents ») une nouvelle initiative, le Takeover Day, qui donne aux enfants un rôle précis à jouer au musée, en vue de modifier leur perception des institutions culturelles.

Des discours ont été prononcés par Marian Goodell et Michael Gorman. Le premier est le président directeur général de la Burning Man Organization, un mouvement international dont le but est de promouvoir la culture dans le monde et qui constitue un modèle en matière d’implication du public. Le second, dont l’intervention coïncidait avec son dernier jour en tant que président directeur général de Science Gallery International, a expliqué comment, grâce à une collaboration étroite avec des universités et des entreprises locales, il a réussi à créer un réseau mondial de galeries des sciences qui va aujourd’hui de Dublin à Melbourne en passant par Londres et Bangalore, entre autres.

Lors d’une discussion avec Jasper Visser, David Fleming a expliqué la mission des musées nationaux de Liverpool : « devenir un modèle mondial en matière de prestation de services muséaux ». Il a également décrit la Fundación para la Democracia Internacional argentine comme un exemple novateur d’inclusion.

Les musées ont-ils le pouvoir de changer des vies et, si oui, comment ? Selon David Fleming, « ces lieux doivent établir un lien fort avec leur public. Ils doivent par exemple être présents pour ceux qui ont été délaissés par le système éducatif et leur présenter une nouvelle façon de voir les choses. Ce n’est qu’ainsi que les musées pourront avoir un véritable impact sur la vie des personnes. »

Des points de vue originaux, des informations pertinentes : retrouvez chaque mois votre rubrique dédiée à la 24e Conférence générale de l'ICOM dans votre e-newsletter.

Une nouvelle identité visuelle pour l’ICOM


Les logos de l’ICOM, toute une histoire !

Au fil de son histoire et de ses transformations l’ICOM a fait évoluer plusieurs fois son identité visuelle. A quelques semaines de la révélation de sa nouvelle architecture, le 6 juillet 2016, nous vous invitons à voyager dans l’histoire des différents logos de l’ICOM.
Nous embarquons cette fois pour la plus longue étape de notre voyage dans le temps !

Retournons en 1966. L’ICOM célèbre alors son 20e anniversaire et le lancement réussi de la seconde Campagne internationale des musées. A cette occasion, l’organisation fait peau neuve et adopte un nouveau logo.

L’acronyme prend place sous la forme effilée d’un œil dont la pupille est signifiée par un globe. La rigueur et l’austérité du dessin reflètent nettement le contexte géopolitique de guerre froide. A une époque de divisions, l’ICOM continue de promouvoir la cause d’une communauté muséale mondiale unie au sein d’une institution forte, neutre et universelle.

En 1972, l’ICOM adopte une nouvelle déclinaison de l’identité élaborée en 1966. Dans cette nouvelle version, l’œil perd sa monumentalité et se voit intégré à l’acronyme ICOM, remplaçant graphiquement la lettre « O ». La couleur bleue est abandonnée au profit du noir et blanc. Cette troisième identité sera utilisée jusqu’en 1995. Il est donc à ce jour le logo qui a le plus longuement incarné l’identité de l’ICOM.

La nouvelle identité développée pour l’ICOM propose aussi un élément graphique en lieu et place d’une des lettres de l’acronyme ICOM. La simplicité des formes des logos de 1966 et 1972 est également conservée afin de mieux incarner le rôle fondamental de l’ICOM : servir les musées.

Photo : XIe Conférence générale de l'ICOM, Moscou, 1977

Tous les chemins mènent à Milan

La 24e Conférence générale de l’ICOM approche à grands pas. Le programme détaillé en ligne est constamment mis à jour et enrichi pour vous guider lors de cette semaine qui promet d’être intense. Ce mois-ci, nous mettons à l’honneur certains des temps forts de cet événement qui se tiendra à Milan du 3 au 9 juillet prochain.

Nous aurons le plaisir d’accueillir cinq intervenants, artistes, penseurs, hommes et femmes d’action, reconnus dans le monde entier. Chacun d’entre eux représente un domaine de spécialité différent mais tous partagent les idéaux de l’ICOM. Au cours de la cérémonie d’ouverture, qui aura lieu le matin du lundi 4 juillet, des discours seront ainsi prononcés par Orhan Pamuk, romancier turc lauréat du prix Nobel, ainsi que par Christo, artiste reconnu pour ses œuvres environnementales créées avec sa défunte partenaire, Jeanne-Claude (1935-2009). Le lendemain matin, ce sera au tour de Michele de Lucchi, architecte italien majeur ayant pris part à des mouvements tels que Cavart, Alchimia et Memphis, de prendre la parole. La ministre zambienne du Genre et du Développement Nkandu Luo prononcera également un discours ce jour-là. Enfin, au cours de la matinée du mercredi 6 juillet, nous assisterons à la présentation de David Throsby, économiste de la culture australien, de l’université Macquarie de Sydney.

Au cours de l’après-midi du mardi 5 juillet se tiendra une autre manifestation du plus grand intérêt pour la communauté ICOM : les Conférences commémoratives de l’ICOM, nées en 2007, lors de la Conférence générale de Vienne. Soutenue à la fois par ICOM Autriche et les comités internationaux pour l’action culturelle (CECA), la formation du personnel (ICTOP), l’échange d’expositions (ICEE) et la gestion des musées (INTERCOM), l’édition 2016 de cette série de conférences sera le théâtre d’échanges interdisciplinaires portant sur les questions d’actualité et les évolutions futures de notre domaine. À l’occasion du 70e anniversaire de l’ICOM, Bernice Murphy prononcera un discours intitulé « L’ICOM, 70 ans plus tard : une vision éthique de la nature, de la culture, du patrimoine et de la mission sociale permanente des musées ». René Rivard, lui, dirigera la quatrième conférence en hommage à Alma S. Wittlin, qui portera sur « Les musées et l’évolution des paysages culturels ». Enfin, Cristina Vannini, à la tête de la onzième conférence en hommage à Stephen E. Weil, abordera le thème suivant : « Revisiter le cabinet des curiosités de Weil ».

Pour terminer, ajoutons que trois discussions de groupe auront lieu. Deux d’entre elles se dérouleront au cours de l’après-midi du mardi 5 juillet, tandis que la troisième suivra le discours introductif du mercredi matin. Lors de la première discussion, Eric Dorfman, le ministre des Antiquités égyptien Khaled El-Enany et Markus Hilgert échangeront autour du thème de la lutte des musées contre le trafic illicite de biens culturels. La deuxième discussion portera sur la récente Recommandation concernant la protection et la promotion des musées et des collections, de leur diversité et de leur rôle dans la société de l’UNESCO, avec la participation d’Anna Coliva, François Mairesse et Tereza Scheiner. La troisième discussion sera consacrée au rôle social joué par les musées. David Fleming, Robin Hirst, Marlen Mouliou et Giusi Nicolini figureront parmi les intervenants.

Prenez bien note de ce programme et rendez-vous à la Conférence générale ! Pour consulter le programme détaillé : http://milano2016.icom.museum
Inscrivez-vous dès maintenant à la Conférence générale ICOM Milan 2016 :
http://network.icom.museum/icom-milan-2016/inscription/inscrivez-vous/L/2/
Pour plus d’informations sur le programme de la Conférence générale :
http://milano2016.icom.museum/

Arrivederci a Milano !


Le prix de l’UMAC 2016 a été décerné

L'UMAC, le Comité international de l’ICOM pour les musées et les collections universitaires, a annoncé le nom du lauréat de la première édition du prix de l’UMAC. Ce prix sera désormais décerné chaque année. Le musée de l’université nationale de Singapour (National University of Singapore Museum) a été désigné comme gagnant de la compétition, grâce à son projet intitulé « Salle de préparation : ce qui pourrait arriver, ou pas ». Les membres du bureau de l’UMAC et le comité de sélection ont salué la démarche du musée, qui met en avant la création d’un lien avec le public et encourage de façon créative les échanges entre ce dernier et les chercheurs, le personnel ou les artistes. La possibilité d’adapter facilement cette approche dans d’autres musées a également séduit le jury. L’université de Manchester est arrivée en deuxième position, grâce à son événement « The Study au Manchester Museum ». Les huit autres candidats ont eux aussi été félicités pour leur capacité d’innovation et pour leur implication. L’appel à candidatures pour l’édition 2017 du prix de l’UMAC sera lancé en décembre 2016.

Photo : Hugues Dreyssé, président de l’UMAC, accompagné de Peter Yu Pang, vice-recteur de la vie étudiante de l’université nationale de Singapour

Les Nouvelles de l’ICOM fait peau neuve

Le magazine Les Nouvelles de l’ICOM passera bientôt à un nouveau format numérique. Ne manquez pas, dans les prochains mois, tous les détails du lancement de la nouvelle plateforme en ligne.

En attendant, nous publierons des articles des Nouvelles de l’ICOM sur notre site Internet ainsi que dans la newsletter mensuelle. En mai, cap sur Rio de Janeiro ! Nous vous expliquons la méthode à la fois innovante et très efficace adoptée récemment par le Museu Internacional de Arte Naïf do Brasil pour financer les travaux de rénovation de sa façade.

Si vous souhaitez apporter votre contribution, dès maintenant ou plus tard, merci de prendre contact avec Sara Heft : sara.heft@icom.museum

Photo La façade du MIAN, récemment rénovée © Museu Internacional de Arte Naïf do Brasil

Ils ont fait la une !

Tous les mois, retrouvez les posts facebook et twitter de l’ICOM les plus partagés sur les réseaux sociaux, ainsi que l’article le plus lu dans notre veille presse Scoop it.

Copyright © 2015 ICOM, Tous droits réservés. Se désabonner     Archives
Twitter Website Facebook Scoop it
Twitter Site web Facebook Scoop it