Le Conseil international des musées (ICOM) est la principale organisation internationale représentant les musées et les professionnels des musées.
Voir ce message dans votre navigateur
 


E-newsletter
mars 2015

Gardons les musées ouverts, accessibles, et sûrs !

Le Conseil international des musées (ICOM) condamne les récentes attaques contre les musées, les membres du personnel, les visiteurs et les collections. Les membres de l’ICOM présentent leurs plus sincères condoléances aux familles des victimes et à nos collègues, qui viennent de subir cette terrible épreuve.

Les musées sont des lieux dédiés à la beauté, au savoir, à la mémoire et aux rencontres pacifiques. Le personnel et les bénévoles des musées s’engagent à conserver et à partager le savoir et la création de l’humanité, pour notre bien et celui des générations futures. Les visiteurs de musée souhaitent avoir une meilleure compréhension des autres cultures, contempler la beauté des œuvres. Les musées sont une source d’inspiration et de création. Nous ne pouvons pas permettre que triomphe la barbarie de ceux qui prennent part au meurtre de victimes innocentes, dont la seule motivation est de tout détruire, sur le bonheur que nous ressentons en conservant et en partageant ce que l’humanité a produit de meilleur. L’histoire ne retiendra d’eux que leur manque d’empathie et les atrocités commises.

La communauté mondiale des musées restera unie face à la terreur et résolue à garder les musées ouverts, accessibles et sûrs. Rejoignez-nous !

Une session spéciale du Centre international de formation en muséologie de l’ICOM s’esquisse en Tanzanie

Une délégation du Centre international de formation en muséologie (ICOM-ITC) s’est rendue récemment Arusha, en Tanzanie, afin de préparer un atelier de formation spécial pour les professionnels des musées en Tanzanie et en Afrique.

Cet atelier de formation spécial reposera sur le fructueux modèle d’atelier développé par ICOM-ITC, proposé deux fois par an au musée du Palais, à Pékin (Chine). Le Musée d’histoire naturelle d’Arusha, en collaboration avec l’Arusha Declaration Museum (Musée de la déclaration d’Arusha) et sous l’égide du Musée national de Tanzanie, accueillera cette formation du 1er au 9 septembre 2015. Pour la première fois, ICOM-ITC organise un atelier en dehors de ses locaux de formation habituels, situés au cœur du musée du Palais à Pékin.

Des experts du monde des musées de Tanzanie et d’ailleurs donneront des cours lors de cette formation. Un programme détaillé est en cours de préparation. Une trentaine de professionnels de musée sont attendus lors de cet atelier, pour la plupart des cadres intermédiaires venus des musées de Tanzanie, mais aussi des participants venus de l’étranger, notamment de la Chine. Un appel à candidatures pour des bourses de voyage sera lancé en mai 2015.

Approuvé lors de la 130e réunion du Conseil exécutif de l’ICOM en décembre 2014, cet atelier de formation spécial d’ICOM-ITC en Tanzanie apportera un enseignement en muséologie de qualité en Afrique, un continent où le nombre de membres de l’ICOM a connu une augmentation notable, et qui montre de réels besoins en formation professionnelle. Cette formation, qui se déroulera pendant neuf jours, sera également l’occasion pour ces professionnels de développer un réseau de contacts et permettra des échanges entre des musées du monde entier.

Photo : Pr Audax Mabulla, Directeur des musées nationaux de Tanzanie, Felista Mangalu, Directrice du musée d’histoire naturelle d’Arusha, Constantinus Nyamabondo, Directeur du Musée de la Déclaration d’Arusha, Steven Bura, Chef du département des programmes, Musée d’histoire naturelle d’Arusha, Grace Ai, Directeur du département de la coordination générale, Association des musées chinois, Claude Faubert, coordinateur d’ICOM-ITC.

Mars 2015 : L’ICOM sollicité pour la sauvegarde du patrimoine culturel

Le mois de mars 2015 fut l’occasion pour l’ICOM de partager son regard d’expert lors de deux conférences autour de la sauvegarde du patrimoine culturel en danger et de la gestion des risques.

L’ICOM fut l’un des principaux participants du 9ème Colloque international sur le vol et le trafic illicite d’objets d’art, de biens culturels et d’objets anciens, qui se tenait à INTERPOL (Lyon, France) du 11 au 13 mars 2015. Axée sur la protection du patrimoine culturel mondial contre les actes criminels et les dangers liés aux conflits, cette réunion a rassemblé plus d’une centaine de représentants venus de 40 pays différents. En cette période où le trafic et la destruction de biens culturels se multiplient dans certaines régions à la faveur de l’instabilité et du terrorisme qui y règnent, cette réunion a notamment fourni à la communauté policière ainsi qu’aux agences et organisations internationales une base de départ pour trouver des moyens de mieux protéger le patrimoine culturel en collaborant plus étroitement. L’ICOM, représenté par le département des programmes et des partenariats, a évoqué lors de son discours que la préservation du patrimoine culturel faisait partie des missions et actions de l’ICOM, et ce depuis plus de quarante ans. L'ICOM a énoncé les moyens de l’organisation pour lutter contre le trafic illicite, tels que son Observatoire international du trafic illicite des biens culturels et les listes rouges.

En parallèle se tenait une réunion internationale d’experts dans le cadre de la 3eme Conférence sur la réduction des risques de catastrophe (WCDRR), au Japon, à laquelle la Direction générale était conviée. Lors de cette réunion, portée par le thème « Patrimoine culturel et communautés résistantes au désastre », la représentante de l'ICOM, a fait référence aux récents attentats de Mossoul et de Nimroud en Irak : « Le bilan de ces attaques délibérées doit nous forcer à revoir nos méthodes, au sein desquelles nous devons placer la coopération et la coordination comme des éléments centraux. » Cette réunion de l’ONU a lieu une fois tous les 10 ans. Espérons que les sages paroles de notre collaboratrice y trouveront un écho favorable.

L’ICOM donne vie à de nouveaux projets !

En février 2015, la Commission d’examen d’allocation stratégique (SAREC) de l’ICOM s’est réunie à Paris et a attribué des subventions à seize projets spéciaux sur les 38 demandes présentées à l’ICOM par ses comités. Les demandes de subvention doivent s’inscrire dans le cadre du Plan stratégique de l’organisation. Elles doivent également être en accord avec le budget alloué au Soutien au réseau tel que voté chaque année par le Conseil exécutif de l’ICOM.

Suite de l’article

Sous les pieds de l’ICOM, une découverte archéologique majeure

La vie du Secrétariat général à Paris suit son cours, mais réserve parfois des surprises de taille ! En ce début d’année 2015, une équipe d’archéologues a mis au jour 229 squelettes sous un immeuble situé près de la station du métro Réaumur-Sébastopol à Paris, là-même où se situent les bureaux d’une partie de l’équipe parisienne de l’ICOM.

Ne faisant ni une ni deux, une partie des équipes a contacté l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) pour en savoir davantage sur cette mystérieuse découverte, qui venait ébranler la tranquillité relative du quartier. Nous avons donc rencontré Isabelle Abadie, directrice des fouilles, qui nous a accueilli dans les entrailles de l’immeuble, au milieu des fosses révélant une multitude de squelettes dans un parfait état de conservation. Une simple fouille préventive, en amont des travaux de rénovation des caves d’un supermarché Monoprix, au rez-de-chaussée du bâtiment, s’est vite transformée en découverte archéologique d’ampleur. Isabelle Abadie nous révèle la clef de l’énigme : à la place de cet immeuble, construit au XIXe siècle pour l’enseigne des magasins Félix Potin, se tenait auparavant l’hôpital de la Trinité, fondé au XIIe siècle et détruit à la fin du XVIIIe. Nous sommes dans le cimetière de cet hôpital, au milieu de ce qui semble être une fosse commune, remplie d’hommes, de femmes et même d’enfants. La disposition des corps, têtes bêches, sans doute enroulés dans des linceuls qui se sont décomposés au fil du temps, et leur entassement sur plusieurs niveaux, plaide pour une crise de mortalité. Plusieurs hypothèses sont déjà évoquées, parmi lesquelles les épidémies parisiennes de peste du XIIIe au XVe siècle. Après les recherches de terrain, c’est donc un passionnant travail d'analyses qui attend les scientifiques. À la fin du mois de mars, les corps seront retirés du site et transférés au centre archéologique de La Courneuve, pour permettre au supermarché de continuer les travaux d’aménagement de ses sous-sols. Les squelettes seront bientôt datés au carbone 14, afin de connaître les différentes périodes auxquelles ces sépultures ont été creusées, et des analyses ADN révèleront la cause de leur décès. Recoupés avec les archives historiques de Paris, ces résultats permettront de confirmer ou d’éclairer d'un jour nouveau l'histoire médiévale de la capitale et de l’évolution de la médecine.

Retenons que cette découverte fera date dans le monde de l’archéologie, car ce sont les premières fouilles entreprises dans un ancien hôpital médiéval de Paris.

Photo: © Ninon Sordi

Appel à contributions pour Museum International

Nous vous rappelons que vous pouvez soumettre vos résumés (en anglais seulement), pour l’appel à contribution de Museum International, qui sera sur le thème Musées, patrimoine et développement professionnel, jusqu’au 30 avril prochain.

Merci d’envoyer votre proposition, ou toute autre demande sur la procédure de dépôt des propositions à Aedin Mac Devitt (aedin.macdevitt@icom.museum).

Toutes les propositions seront examinées pendant le mois de mai. L’appel à contribution est disponible au lien suivant :

http://onlinelibrary.wiley.com/journal/10.1111/(ISSN)1468-0033/homepage/custom_copy.htm

N’oubliez pas de mettre à jour vos coordonnées !

Le premier numéro de l’année 2015 des Nouvelles de l’ICOM paraîtra en mai prochain. Afin que vous puissiez recevoir ce numéro à temps, nous invitons tous les membres de l’ICOM à mettre à jour leurs informations en remplissant le formulaire en ligne suivant :

http://archives.icom.museum/update_fr.html

Vous pourrez toujours télécharger le PDF sur ICOMMUNITY (accès réservé aux membres de l’ICOM) et feuilleter la version en ligne sur notre site internet :

http://icom.museum/media/magazine-les-nouvelles-de-licom/L/2/

Si vous n’êtes pas membre de l’ICOM, vous pouvez vous abonner à la version en papier en utilisant le formulaire suivant :

http://icom.museum/fileadmin/user_upload/pdf/ICOM_News/form/form_fre.pdf

Ils ont fait la une !

Tous les mois, retrouvez les posts facebook et twitter de l’ICOM les plus partagés sur les réseaux sociaux, ainsi que l’article le plus lu dans notre veille presse Scoop it.

Museum Week a envahi la toile lors de la dernière semaine de mars. Découvrez notre collection de tweets sur ce thème :

The destruction of Syria's cultural heritage is "the worst we've ever seen," says France Desmarais of the International...

Posted by ICOM - International Council of Museums on lundi 9 mars 2015
Copyright © 2015 ICOM, Tous droits réservés. Se désabonner     Archives
Twitter Website Facebook Scoop it
Twitter Site web Facebook Scoop it