Le Conseil international des musées (ICOM) est la principale organisation internationale représentant les musées et les professionnels des musées.
Voir ce message dans votre navigateur
 



E-newsletter janvier 2014
Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), Marseille, France
(MuCEM J4_passerelle_FSJ_éclairage Yann Kersalé © Lisa Ricciotti - Rudy Ricciotti – Roland Carta)

L' ICOM passe en revue les événements clés de 2013 du monde des musées

L'année 2013 a été marquée par un grand nombre d’événements internationaux, d’ouvertures de musées, de nouveaux projets et d’innovations technologiques enthousiasmantes. L’année a été fructueuse pour beaucoup de musées, le nombre de visiteurs ayant dépassé les attentes dans plusieurs régions du monde, mais elle a aussi été une période de restrictions budgétaires et de difficultés financières pour de nombreux musées, ainsi que d’instabilité pour le patrimoine culturel dans les zones de conflit. Dans la newsletter de ce mois-ci, l’ICOM a choisi de revenir sur quelques-uns des événements les plus marquants de l’année.

Nouveaux débuts

En 2013, nombreux ont été les musées et institutions à ouvrir leurs portes au public dans le monde entier, tandis que d’autres dévoilaient des espaces rénovés au terme de plusieurs années de restauration. En mars a eu lieu l’inauguration du Museo de Arte do Río, le jour du 448e anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, au Brésil. Le 24 avril, le Mark Rothko Art Centre a ouvert ses portes à Daugavpils, en Lettonie, et le 7 juin a eu lieu l’ouverture du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), qui se trouve à Marseille, en France, et qui présente une collection permanente consacrée à l’histoire des civilisations méditerranéennes jusqu’à nos jours. Le Museum of African Design (MOAD), premier musée d’Afrique consacré exclusivement au design, a été inauguré le 24 octobre à Johannesburg, en Afrique du Sud, et le Museo Jumex a dévoilé sa collection d’art contemporain à Mexico, au Mexique, le 17 novembre.

Le Centre international de formation de l’ICOM (ICOM-ITC) à Pékin, en Chine, a également été inauguré en juillet 2013 et son premier atelier de formation s'est déroulé du 4 au 12 novembre. Ce centre de formation destiné aux professionnels de musée s’appuie sur le réseau de professionnels de l’ICOM pour offrir des programmes de formation de qualité aux membres de l’ICOM du monde entier, en particulier à ceux des pays émergents.

 

Tandis que ces nouvelles institutions faisaient leurs débuts, plusieurs musées déjà établis rouvraient leurs portes après des années de restauration. Fermé pour travaux depuis 10 ans, le Rijksmuseum d’Amsterdam, aux Pays-Bas, a ainsi rouvert le 13 avril lors d’une fête somptueuse animée par de la musique et des feux d’artifices. Le 3 décembre, le musée accueillait son 2 millionième visiteur de l’année 2013. Le Nanjing Museum, l'un des plus grands et des plus anciens musées de Chine, a quant à lui rouvert ses portes le 6 novembre, jour de son 80e anniversaire, après quatre ans de rénovation et d’agrandissement.

Photos: ©Daugavpils Mark Rothko Art Centre ©Pedro Pegenaute. Image courtesy of Rijksmuseum

Des collaborations au service du bien commun

L’année 2013 a aussi vu la naissance de nouveaux partenariats, avec la création du Global Cultural Districts Network, un projet de collaboration entre la New Cities Foundation, le Dallas Arts District et AEA Consulting, qui a été annoncé lors du New Cities Summit à São Paulo, au Brésil, en juin dernier. Ce réseau sera le premier du genre et visera à encourager la coopération et le partage du savoir entre les responsables de la conception, du financement, de la construction et du fonctionnement des districts culturels partout dans le monde.

La Social Justice Alliance of Museums (SJAM) a également été lancée en 2013, au cours de la Museums Association Conference and Exhibition à Liverpool, au Royaume-Uni, en novembre. La SJAM vise à mobiliser des musées, des organisations en lien avec le secteur muséal et des particuliers afin d'œuvrer ensemble à la justice sociale.

Innovations dans la communauté muséale

En 2013, un grand nombre de nouveaux projets, programmes et technologies ont été lancés dans le monde muséal. Un exemple remarquable de ces innovations est la nouvelle galerie interactive du Cleveland Museum of Art, qui présente des images de plus de 3 500 objets appartenant à la collection permanente du musée et possède le plus grand écran multi-touch aux États-Unis.

Le Museo Egizio (Musée égyptien) de Turin, en Italie, a quant à lui fait office de pionnier dans l’utilisation d’une application spéciale des Google Glass permettant aux visiteurs sourds de profiter complètement de l’expérience muséale grâce à un appareil qui traduit les informations en langue des signes. Enfin, le Museo de Antropología de Xalapa (Musée d’anthropologie de Xalapa) a achevé son projet de numérisation de 70 % des 20 000 objets préhispaniques qu’il abrite, montrant la voie aux différents musées anthropologiques du Mexique.

Excellence dans le domaine

Chaque année, de nombreux prix sont décernés aux musées qui font preuve d’excellence dans leur domaine, et 2013 n’a pas fait exception. Une sélection de ces projets récompensés a été présentée lors de la manifestation The Best in Heritage, un événement annuel qui rassemble les représentants d’organisations muséales et patrimoniales du monde entier pour partager leurs travaux innovants. L’édition 2013 s'est déroulée à Dubrovnik, en Croatie, du 17 au 21 septembre ; 24 projets de 19 pays répartis sur les 5 continents y ont été présentés. Pour plus d’informations sur ces projets remarquables, vous pouvez consulter la publication de la Conférence 2013.

Le Riverside Museum de Glasgow, en Écosse, qui faisait partie de la sélection de The Best in Heritage, a également été le lauréat 2013 du Prix du musée européen de l’année (EMYA). Ce prix a été présenté lors de l’Assemblée annuelle du Forum européen du musée, qui s’est tenue à Tongres, en Belgique, au mois de mai.

Événements culturels internationaux

Le tout premier Forum mondial sur la culture s’est déroulé à Bali, en Indonésie, en novembre 2013. Convoqué par le président indonésien, H. Susilo Bambang Yudhoyono, sur le thème Le pouvoir de la culture dans le développement durable, ce forum a rassemblé des invités du monde entier, parmi lesquels se trouvait le Président de l’ICOM, Hans-Martin Hinz. Il a fourni une plateforme de discussion stratégique sur les moyens de garantir que la culture soit reconnue comme un élément clé du développement.

En 2013 a également eu lieu la 23e Conférence générale triennale de l’ICOM, qui s’est déroulée du 10 au 17 août à Rio de Janeiro. Cette conférence a été l’occasion pour les professionnels de musée du monde entier de se réunir pour échanger sur le thème Musées (mémoire + créativité) = changement social. Ce thème a aussi été celui de la Journée internationale des musées 2013, qui a remporté le plus grand succès à ce jour, avec la participation de plus de 30 000 musées dans 120 pays.

Autre événement notable, l’exposition itinérante Imaginer les Balkans. Identités et mémoire durant le long XIXe siècle portait sur la constitution et l’évolution des nations modernes en Europe du Sud-Est. Ce projet, coordonné par le Bureau régional de l’UNESCO pour la science et la culture en Europe, avec la coopération de l’ICOM et de son Comité international pour les échanges d'expositions (ICEE), avait pour but d'encourager la coopération et le dialogue entre les musées nationaux d'histoire de la région.

Les musées en difficulté face à la crise financière

Si 2013 a été l’année de nombreuses inaugurations de musées, de chiffres de fréquentation élevés et de projets innovants, elle a également été une période d’importantes difficultés financières pour nombre d'institutions. La crise financière a en effet incité les gouvernements à réduire les dépenses, en particulier dans le secteur culturel, et trouver des sources de financement alternatives s’est avéré compliqué. Un cas très médiatisé a été celui du Detroit Institute of Arts, dont les collections ont été menacées d’être aliénées afin d’aider la ville de Detroit à sortir de la faillite. Bien d’autres musées ont également dû survivre avec des budgets serrés et certains, comme le GeldMuseum d’Utrecht, aux Pays-Bas, n'ont pas eu d'autre choix que de mettre définitivement la clé sous la porte.

Afin d’encourager les gouvernements européens à soutenir et protéger les musées et les institutions culturelles de cette menace, les Comités nationaux de l’ICOM en Europe ont diffusé la Déclaration de Lisbonne pour soutenir la culture et les musées afin de faire face à la crise mondiale et construire le futur. Expliquant l’importance de cette déclaration, le Président de l’ICOM, Hans-Martin Hinz, a déclaré qu’« étant donné que la crise économique mondiale continue de frapper les musées partout dans le monde, l’ICOM doit aider à renforcer le rôle et l’impact des musées dans un contexte d’instabilité financière, politique et sociale. »

Patrimoine en danger

Un autre problème qui a agité la sphère muséale l’an dernier a été celui du patrimoine culturel en danger dans les zones de conflit. En Syrie comme au Mali, l'instabilité politique a conduit à la destruction massive, au pillage et au trafic des biens culturels, mettant en danger le riche patrimoine de ces pays. Par ailleurs, le typhon Haiyan, qui a frappé les Philippines le 8 novembre, a causé la mort de 6 000 personnes et dévasté les infrastructures et le patrimoine culturel du pays.

Nouvelles normes et nouveaux outils en matière de déontologie

Afin d’essayer de protéger le patrimoine culturel vulnérable en Syrie, l'ICOM a publié le 25 septembre la Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril, une liste qui illustre les catégories et les types d’objets culturels les plus susceptibles d’être vendus illégalement et qui vise à aider la police et les professionnels du patrimoine à identifier et à protéger ces objets. Une Liste rouge d'urgence pour l'Afrique de l'Ouest, comprenant une rubrique spécialement consacrée au Mali, est actuellement en préparation.

En 2013 a également été publié le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées d’histoire naturelle, adopté par l’Assemblée générale de l’ICOM le 17 août. Ce document, élaboré par le Comité international de l’ICOM pour les musées et collections de sciences naturelles (NATHIST), définit des normes déontologiques sur des questions propres aux musées d'histoire naturelle, offrant ainsi une norme de la pratique professionnelle qui pourra servir de base normative pour les institutions muséales concernées.

L’année 2013 a été bien trop riche en événements pour pouvoir mentionner l’ensemble des évolutions stimulantes qu’a connues le monde muséal, mais dans ce numéro spécial de notre e-newsletter nous en avons énuméré quelques-unes parmi les plus mémorables. À l’occasion du passage à la nouvelle année, l’ICOM vous souhaite à tous une bonne et heureuse année 2014, en espérant qu’elle soit remplie de projets et de succès.

Vous avez peut-être remarqué que le bulletin électronique de l'ICOM est maintenant accessible sans identifiant ni mot de passe. Cela fait partie de nos efforts pour vous fournir chaque mois un accès facile à une information intéressante sur l’actualité de la communauté internationale des musées. Toute suggestion de la part des membres de l'ICOM pour nous aider à améliorer notre bulletin électronique est la bienvenue. Alors, n'hésitez pas à nous envoyer vos commentaires à l’adresse électronique suivante : enewsletter.icom@icom.museum
Vous pouvez également trouver les archives des numéros précédents sur ICOMMUNITY avec vos codes d'accès personnels.

Copyright © 2014 ICOM, Tous droits réservés. Se désabonner
Twitter
Twitter
Website
Site Web