Douanes et police

Partenaires des musées dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels

Le vol dans les musées et le pillage des sites archéologiques alimentent un trafic international de biens culturels. Les musées ne peuvent agir seul. La lutte que mène l'ICOM dans ce domaine depuis plusieurs années doit être soutenue par une collaboration étroite avec police et douanes.

Le mardi 25 janvier 2000 à Bruxelles, le secrétaire général de l'ICOM a signé un protocole d'accord de coopération avec l'Organisation mondiale des douanes (OMD) sur la lutte contre le trafic illicite des biens culturels.

Le 11 avril 2000 un accord officiel de coopération a également été signé avec l'INTERPOL.

L'accord qui vient d'être signé avec l'OMD et l'INTERPOL constitue une avancée importante pour la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. En effet, la question du trafic illicite du patrimoine culturel transcende les frontières. Les douanes, dans le domaine de compétence de chaque administration nationale, peuvent apporter une contribution importante à la lutte contre ce trafic. Parallèlement, une coopération renforcée entre les autorités chargées du patrimoine et les autorités policières tant au niveau national qu'international permettra d'accroître l'efficacité de la police. La signature de ces protocoles renforce officiellement et concrètement la coopération entre les trois organisations et montre une prise de conscience de la part des autorités douanières et policières internationales pour la question des trafics de biens culturels. Des projets communs devraient voir le jour dans un futur proche : élaboration d'outils de sensibilisation, mise en place de programmes de formation pour les douaniers, diffusion aux services douaniers et policiers du monde entier des informations publiées par l'ICOM sur le trafic illicite (la collection Cents objets disparus ou la Liste rouge).

Information: Valerie Jullien

Email us
home page
Search