ICOM

Recherche avancée                    
 

Qu'est ce que l'ICOM

Organes de direction

Comités

Adhérer à l'ICOM

  Activités
  Calendrier
  Journée Internationale des Musées
  Conférences générales
  Trafic illicite des biens culturels
  Création-renforcement des compétences
  Implication des communautés
  Tourisme culturel
  Patrimoine immatériel
  Gestion des risques

Ressources












 
  NOUS CONTACTER
  PLAN DU SITE
  LISTES DE DISCUSSION
 


 

ICOM et AFRICOM


International Council of African Museums


Du programme de l'ICOM pour l'Afrique au Conseil International des Musées Africains

Les fondations d'AFRICOM : En 1991, à l'initiative d'Alpha Oumar Konaré alors président de l'ICOM et actuel président de la république du Mali, des rencontres intitulées "Quels Musées pour l'Afrique ? Patrimoine en devenir" ont été organisées par l'ICOM à Lomé au Togo.

Trois jours d'intenses débats et de réflexion ont permis aux professionnels de musée de déterminer des priorités concernant les besoins des musées et de la profession muséale sur le continent. Quatre champs d'actions ont été définis :

  • L'autonomie des musées africains,
  • La collaboration régionale entre les musées grâce à des activités communes,
  • Une formation spécialisée pour les conservateurs, les techniciens et les éducateurs des musées,
  • La protection du patrimoine et la lutte contre le trafic illicite des biens culturels.

C'est à partir de ces thèmes que le programme de l'ICOM pour l'Afrique, dit AFRICOM, a été défini. Ce programme, mis en oeuvre par les musées en Afrique, était piloté par l'ICOM, sous la supervision d'un Comité de coordination composé de professionnels de musée africains, le financement étant assuré par des institutions publiques et privées internationales.

Après huit années de projets et d'activités touchant tous les domaines de la muséologie, les professionnels de musée africains et l'Assemblée générale de l'ICOM ont décidé que la coordination de ce programme AFRICOM pouvait à présent être transféré en Afrique pour devenir une organisation à part entière : le Conseil International des Musées Africains.
La réunion de Lusaka marque la constitution de cette organisation mais également l'élaboration de nouveaux projets et de nouvelles perspectives pour les musées en Afrique.

AFRICOM ou "l'esprit de Lomé"

L'AFRICOM repose avant toute chose sur un certain état d'esprit, dit " Esprit de Lomé ", selon lequel les politiques muséales doivent être envisagées sur un plan continental, en insistant sur la cohérence des cultures sur une large échelle régionale et en faisant fi des barrières linguistiques entre anglophones, arabophones, francophones et lusophones.

Dans cet état d'esprit, l'AFRICOM s'appui sur le partage des expériences, la confrontation des pratiques professionnelles, et a pour objectif de valoriser les compétences des professionnels et des institutions africaines afin de crédibiliser leur action auprès de la communauté internationale.

Objectifs et domaines d'interventions

Au sein d'AFRICOM, les professionnels travaillent ensemble pour faire évoluer le musée et sa place dans la société, l'adapter aux réalités et lui permettre de jouer pleinement son rôle d'institution au service de la communauté et de son développement.

Des projets concrets sont élaborés autour de la promotion et du développement des musées, de la protection du patrimoine et de la diffusion de la culture sur tout le continent.

L'objectif majeur du programme AFRICOM est de développer les échanges entre professionnels du continent et hors d'Afrique et de consolider les réseaux professionnels régionaux.

Les domaines d'interventions sont :
  • L'identification du réseau des professionnels de musée en Afrique,
  • Le développement des programmes de formation pour les musées en Afrique avec comme priorités les services éducatifs, la documentation des collections et la gestion,
  • La possibilité d'une plus grande autonomie des musées permettant notamment de nouvelles initiatives concernant entre autres le financement,
  • La lutte contre le pillage des sites archéologiques et le vol dans les musées et la sensibilisation des différentes composantes de la société à la protection du patrimoine,
  • Le recensement des objets, l'informatisation et la normalisation des inventaires des collections africaines,
  • Une meilleure communication entre les professionnels de musée grâce à l'outil Internet,
  • L'encouragement à la circulation d'expositions à travers le continent.
L'AFRICOM en Afrique

Aujourd'hui, l'AFRICOM devient le Conseil International des Musées Africains, une organisation panafricaine non gouvernementale (ONG) et autonome dont la coordination, la gestion et le financement seront sous la responsabilité des professionnels africains. Cette nouvelle organisation basée en Afrique assurera la continuité des actions entreprises depuis 8 années.

L'AFRICOM a pour mission :

  • AFRICOM a pour ambition de contribuer au développement des sociétés africaines en stimulant la vocation des musées en tant que générateurs de culture et agents de cohésion culturelle,
  • AFRICOM a comme mission de développer les politiques des musées et les réseaux à un niveau régional et continental en se concentrant sur la cohésion de la culture au-delà des barrières géographiques et linguistiques.

et pour objectifs :

  • Promouvoir le développement des musées et institutions assimilées en Afrique dans le contexte du développement global,
  • Promouvoir le développement des professions sur lesquelles repose l'action des musées,
  • Renforcer la collaboration des musées et des professionnels de musée en Afrique et développer les échanges avec les professionnels de musée à l'étranger,
  • Promouvoir la participation de toutes les composantes de la société dans la protection et la mise en valeur du patrimoine culturel et naturel,
  • Etablir et maintenir une institution autonome effective pour atteindre ces objectifs.

Le pays siège, les statuts d'AFRICOM, le conseil d'administration, le budget et le programme d'activités 2000-2002 sont été adoptés pendant la réunion de Lusaka (Zambie) du 3 au 9 octobre 1999.

 
 
   
Updated: 28 June 2005