ICOM

Recherche avancée                    
 

Qu'est ce que l'ICOM

Organes de direction
  Conseil exécutif
  Assemblée générale
  Comité consultatif
  Groupes de travail


Comités

Adhérer à l'ICOM

Activités

Ressources












 
  NOUS CONTACTER
  PLAN DU SITE
  LISTES DE DISCUSSION
 


 

Comité consultatif de l'ICOM

63e Session - 3-5 Juin 2002 - Paris, France

Session sur la protection du patrimoine culturel subaquatique


L'objectif de cette session est d'examiner la Convention récemment adoptée par l'UNESCO sur la Protection du patrimoine culturel subaquatique (novembre 2001). Elle est la première en son genre organisée par le Secrétariat conjointement avec la Présidente.

Trois intervenants sont invités : M. Guido Carducci (responsable de la section des normes internationales à l'UNESCO), M. Thijs Maarleveld (membre du Comité international ICOMOS pour le Patrimoine culturel subaquatique) et le contre-amiral Georges Prud'homme (directeur du Musée national de la Marine de Paris, France)

Les intervenants retracent l'historique de la création de cette Convention, évoquant les controverses et les différents points de vue qui ont entouré son approbation et sa mise en ouvre. Ils soulignent que, malgré l'opposition des États membres sur certains aspects précis de la Convention, celle-ci a fait l'unanimité en ce qui concerne ses règlements techniques tels que stipulés dans l'annexe à la Convention, que tous les pays ont adhéré politiquement à leur application et que, précisément, c'est cette partie de la Convention qui offre le plus d'intérêt pour les musées.

Il est noté que, avec la ratification de cette Convention, les règlements relatifs à la protection contre le trafic illicite pourraient désormais être appliqués dans ce cadre. On s'inquiète de voir que les musées ont été totalement tenus à l'écart de l'élaboration de la Convention (de fait, ils n'apparaissent pas même dans la formulation du texte), contrairement à ce qui s'est passé pour la préparation du Second Protocole de la Convention de La Haye. Cette lacune aura probablement des conséquences sur le travail des musées, particulièrement en ce qui concerne l'acquisition, la conservation, le stockage et l'interprétation de ce patrimoine auprès du public. Il est décidé que l'ICOM doit tout mettre en ouvre pour veiller à ce que pareille situation ne se reproduise plus à l'avenir dans le cas de conventions ou autres décisions majeures concernant le patrimoine culturel. Tous les invités expriment leur profonde satisfaction à l'ICOM pour leur avoir permis de s'exprimer à une tribune aussi prestigieuse, et espèrent avoir l'occasion de travailler avec l'ICOM dans l'avenir.

Jacques Perot, Président de l'ICOM, répond que l'Organisation se réjouit à la perspective de participer à la seconde phase d'activité avec d'autres partenaires.

(Original : anglais)

 
 
   
Updated: 28 June 2005